Retour

À la Foire agricole, on voit les élections sous un autre angle

La Foire agricole de Richmond existe depuis 159 ans. Pour tout candidat qui brigue les suffrages, c'est un endroit incontournable.

Un texte de Marc Godbout

Les exposants s'attendent à recevoir la visite des politiciens durant la fin de semaine, mais surtout à obtenir des réponses.

« Les gens ne veulent plus investir. Il faut que les gens aient confiance en l'avenir », s'inquiète Alain Camirand, qui vend notamment des ventilateurs pour les étables.

La crainte de voir disparaître la gestion de l'offre inquiète au plus haut point les nombreux producteurs et les entreprises qui dépendent de l'industrie laitière. Cette industrie joue un rôle clé dans ce coin de pays situé dans la circonscription de Richmond-Arthabaska.

Tous craignent que le gouvernement fédéral n'abandonne le système dans les négociations actuelles de libre-échange du Partenariat transpacifique. Ce mécanisme mis en place dans les années 1970 stabilise les prix et garantit les revenus des agriculteurs.

La question des réfugiés

On est loin des priorités des centres urbains à Richmond. N'empêche, un peu tout le monde qui s'installe à la Foire agricole pour la fin de semaine a sa petite idée sur un des enjeux qui vient d'enflammer les débats politiques : l'accueil des réfugiés syriens.

Dans cette région rurale où l'immigration est quasi invisible, certains restent tièdes devant la cause des migrants.

D'autres comme Raynald Robillard y voient un élément constructif. « Partout où on passe, c'est écrit sur des pancartes employés demandés. »

Mais si la question des migrants a dominé la campagne dans les derniers jours, à la Foire de Richmond, elle n'éclipsera pas la principale préoccupation : l'avenir de l'industrie laitière.

Pour voir la fiche électorale sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires