Retour

Accident mortel à Lingwick: appel à la générosité pour aider la famille

Une campagne de sociofinancement a été mise en place pour soutenir la mère de famille dont l'enfant de cinq ans a été grièvement blessé dans une collision entre une motocyclette et une voiture, vendredi, à Lingwick.

La campagne de socifinancement est l'initiative d'une mère de famille dont la fille était dans la même classe que le garçon. Elle a voulu contribuer à sa façon pour aider. Elle souhaite amasser 5000 $.

Selon les dernières informations de la famille, le jeune garçon de cinq ans serait hors de danger. Il a subi un traumatisme crânien important et une fracture du fémur, notamment. Son père a eu moins de chance. Son décès a été constaté à l'hôpital.

La mère, enceinte d'un 3e enfant, a subi un choc nerveux.

Enquête

Roméo Lagacé, 36 ans, circulait sur la route 108. Pour une raison encore inconnue, une voiture a percuté la moto à la sortie du village. Selon des témoins, le père et le fils ont été éjectés à plusieurs mètres de la motocyclette. Des voisins sont venus en aide à l'enfant et au père.

« Le conducteur du véhicule n'aurait pas aperçu le conducteur de la motocyclette lors d'une manoeuvre pour tourner. Est-ce que le soleil aurait pu contribuer à aveugler l'une ou l'autre des parties? Ce sont des hypothèses », explique le sergent Claude Denis, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Sécurité

Le code de la sécurité routière est clair. Selon l'article 481, il est légal de promener un enfant à motocyclette, mais à trois conditions. Le passager doit être assis dans la direction du guidon, de façon à ce que ses pieds reposent sur les appuis-pieds lorsque le véhicule est en mouvement et il doit porter un casque.

Il n'y a donc pas d'âge minimum, ni d'équipement supplémentaire obligatoire pour les enfants.

« Il faut comprendre que sur une motocyclette, il n'y a pas de parechoc, pas de toit, pas de moteur à l'avant pour nous protéger et on n'a pas de coussin gonflable. Les risques sont quand même très grands. Il faut être extrêmement vigilant », rappelle le sergent Denis.

Plus d'articles

Commentaires