Retour

Agression sexuelle en groupe : les deux accusés majeurs demeurent détenus

Les deux accusés majeurs suspectés d'avoir commis des agressions sexuelles en groupe sur des mineures à Sherbrooke au cours des derniers mois demeureront derrière les barreaux pendant leurs procédures judiciaires.

Un texte de Charles Beaudoin

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec a dit craindre pour la sécurité des victimes si Blessing Dugbeh et l’autre accusé, dont on ne peut révéler l’identité parce que des dossiers en chambre de la jeunesse pèsent contre lui, étaient libérés vendredi.

En plus des gestes à caractère sexuel sur des mineures, ces derniers sont accusés d’avoir fait des menaces à l’endroit des plaignantes entre février et avril.

« Je ne peux faire fi de cet élément », a indiqué aux deux accusés la juge Claire Desgens, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Au préalable, la juge avait prévenu les parents et amis rassemblés dans la salle de cour de demeurer calmes afin d’éviter des débordements semblables à ceux survenus lors des dernières semaines.

Les mères des deux accusés souhaitaient se porter garantes de la bonne conduite de leur fils et du respect des conditions de libération, mais le peu de connaissances qu’elles avaient de l’entourage de ces derniers et de leurs activités quotidiennes a incité la juge à redoubler de prudence.

Blessing Dugbeh fait face à cinq chefs d’accusation. Il est notamment accusé d’agression sexuelle en groupe sur une personne de moins de 16 ans.

L’autre accusé, fait quant à lui face à huit chefs d’accusation. Il est entre autres accusé d’agression sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels sur une adolescente de moins de 16 ans.

Il leur est interdit d’entrer en contact avec les plaignantes, les autres accusés et les témoins.

Le dossier reviendra en cour le 15 mai prochain.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine