Retour

Agressions sexuelles sur des mineurs : début du procès à Sherbrooke

Sept femmes et cinq hommes devront déterminer si l'homme de 35 ans de Sherbrooke, accusé de divers crimes à caractère sexuel sur des mineurs, est coupable ou non des accusations portées contre lui. 

L'avocat de la couronne, Me Andy Drouin, s'est d'abord adressé aux membres du jury, il a annoncé le plan de présentation de la preuve. Il compte faire entendre six témoins, dont les deux présumées victimes.

Le premier témoin, soit la fille de l'accusé âgée de 16 ans, a été entendue au palais de justice de Sherbrooke. En 2008, la présumée victime avait déjà affirmé être victime d'agression sexuelle, mais la plainte déposée à la DPJ n'avait pas permis de porter des accusations criminelles. Les accusations sont plutôt tombées en juillet 2014, alors qu'une enquête a permis de révéler que sa demi-sœur, qui a aujourd'hui 8 ans, aurait aussi été victime de gestes à caractère sexuel.

Me Drouin a également expliqué que des enregistrements d'une rencontre entre cette présumée victime et une détective seront présentés. On y entendrait la fillette, âgée de six ans au moment de la discussion, affirmer qu'elle aurait été sodomisée par l'accusé et qu'il l'aurait incitée à lui faire une fellation.

L'homme fait face à huit chefs d'accusation d'inceste, d'agression sexuelle, d'incitation à des contacts sexuels et à des attouchements sexuels sur les deux présumées victimes.

Le procès devrait durer deux semaines et se déroule devant le juge Yves Tardif.

Un autre procès à venir

L'homme et sa conjointe doivent par ailleurs comparaître dans un autre procès, d'ici quelques semaines.

Cette fois-ci, les deux accusés font face notamment à des chefs de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles à un enfant, d'omission de fournir les choses essentielles à un enfant, de séquestration et de voies de fait.

Le couple, parents de trois enfants, a été arrêté en juillet 2014. Les accusations ne portent toutefois que sur un seul enfant, qui était sous-alimenté.Les trois jeunes ont été placés en famille d'accueil au moment où les policiers ont été mis au fait de la situation.

L'homme est également père d'une adolescente, conçue lors d'une autre union. Celle-ci n'habitait plus au domicile familial.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine