Retour

Aide municipale de 90 000 $ par année au Phoenix de Sherbrooke

Le Phoenix de Sherbrooke pourra respirer un peu mieux financièrement. La Ville lui accorde 90 000 dollars par année à la formation de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Un texte de Carl Marchand

Ce n'est un secret pour personne, les temps sont difficiles financièrement pour les formations du circuit Courteau. Peu peuvent se passer du soutient financier de leur ville d'accueil. D'autant plus lorsque les équipes sont écartées des séries éliminatoires.

« Chacune des communautés de la Ligue appuie son équipe différemment », a déclaré le maire Sévigny, après la séance du conseil municipal lundi soir.

Le Phoenix avait bien obtenu le droit de présenter des spectacles au Palais des Sports, histoire de diversifier ses sources de revenus. Or, l'aventure n'était pas la mine d'or espérée.

« Je pense qu'ils ont du perdre plus d'argent qu'ils n'en ont fait avec ça », a analysé le président du comité exécutif, Serge Paquin, lors des échanges sur la question. Le plan de visibilité a malgré tout été facilement adopté.

« Ce que je ne veux pas, c'est que l'histoire des Castors ou des Faucons se répète », a ajouté le maire Sévigny. La ville a tout à perdre avec une équipe en mauvaise santé financière. Le Palais des Sports Léopold-Drolet a été rénové au coût de cinq millions de dollars, justement pour recevoir une franchise.

Le montant versé par les contribuables sherbrookois sera légèrement inférieur au loyer payé par l'équipe. Un loyer qui doit être fixé en fonction de la valeur du marché, réglementation municipale oblige. Le maire Sévigny persiste et signe, rares sont les formations qui se passent du soutient municipal.

« Il y a une exception au Québec et c'est à Québec, où les Remparts jouent devant 13 000 personnes. »

Plus d'articles

Commentaires