Retour

Alcool au volant : les Estriens voient moins de barrages policiers que dans le reste du Québec

La majorité des Estriens consomment de l'alcool de façon équilibrée et modérée. Selon un sondage effectué par l'organisme Educ'Alcool, 48 % des Estriens ne prennent pas le volant après avoir consommé ne serait-ce qu'un seul verre d'alcool. C'est un meilleur bilan que dans l'ensemble de la province. 

Un texte de Geneviève Proulx

« Les Estriens sont très près de la moyenne québécoise. Il n'y a pas de problème de consommation d'alcool spécifique à la région. Le plus frappant est la permissivité en matière d'alcool au volant. C'est étrange parce qu'en règle générale, on n'observe pas la même chose au Québec. Les gens sont permissifs, mais ils sont moins nombreux que le reste du Québec à avoir consommé de l'alcool au-delà de la limite permise par la loi.  Le paradoxe, ils sont moins susceptibles que la moyenne québécoise de voir un barrage policier en matière d'alcool. Donc, en Estrie, on voit moins de barrages, mais on conduit moins aussi avec les facultés affaiblies », indique le porte-parole d'Éduc'Alcool, Hubert Sacy. 

C'est aussi en Estrie où la population a croisé le moins de barrages routiers au Québec. Selon l'enquête d'Éduc'Alcool, un Estrien sur quatre a déjà vu un barrage policier en matière d'alcool au cours de la dernière année alors que la moyenne provinciale est de 33 %. 

Sur le plan de l'alcool et de la conduite automobile, les gens de l'Estrie semblent beaucoup plus permissifs relativement à la loi dictant les limites d'alcool et la conduite au Québec. En effet, ils sont plus nombreux à croire que la limite actuelle d'alcool dans le sang pour conduire un véhicule automobile est trop sévère (8 % contre 2 % au Québec) et en contrepartie, ils sont beaucoup moins nombreux à croire que la loi n'est pas assez sévère (20 % contre 28 % au Québec).

En règle générale, au Québec, on consomme plus de vin que de bière. « Le vin est devenu la boisson la plus régulièrement consommée. En Estrie, par contre, la bière est encore un peu en avance du vin. Est-ce parce qu'il y a d'excellentes micro-brasseries en Estrie? Peut-être. Le fait que Sherbrooke est une ville universitaire joue peut-être aussi sur cette donnée », avance M. Sacy.

Plus d'articles

Commentaires