Retour

Alliance Magnésium : premiers lingots « au plus tard » en 2017 à Asbestos

Trois ans après en avoir fait l'annonce, Alliance Magnésium lance finalement son projet d'usine pilote de production de magnésium. Les dirigeants de l'entreprise d'Asbestos affirme que la livraison des premiers lingots est prévue au plus tard pour le début de 2017.

Ce sont des problèmes de financement qui ont retardé le démarrage de l'usine-pilote, explique Pierre Saint-Aubin, vice-président aux affaires corporatives d'Alliance Magnésium.

« C'est un dossier qui a connu son lot d'écueils parce que ça touche l'environnement, l'acceptabilité sociale. Ça, c'est probablement les deux côtés où ça va le mieux. Côté financement, faut pas se le cacher, on a parti ce dossier-là alors que les prix des métaux étaient en chute libre, qu'il n'y a plus rien dans le plan Nord », explique-t-il. 

La première phase commerciale, prévue en mai 2017, nécessitera un investissement de 70 millions de dollars et créera une cinquantaine d'emplois directs.

En attendant, l'usine de démonstration servira à prouver la viabilité d'un nouveau procédé, qui permettra de produire le métal à partir de résidus de serpentine de la mine Jeffrey. L'usine de démonstration prendra place dans les locaux de l'ancienne Magnola, qui a fermé ses portes au début des années 2000 par manque de rentabilité.

La phase finale devrait se mettra en branle d'ici 2020. Alliance Magnésium prévoit alors créer 350 emplois directs et, éventuellement, produire 50 000 tonnes de magnésium par année.

Pas d'un second Magnola

Les dirigeants d'Alliance Magnésium sont sûrs de pouvoir éviter que leur projet subisse le même sort que celui de l'usine Magnola. Selon M. Saint-Aubin, Magnola a fermé ses portes en raison d'un dumping chinois « très agressif », qui « a fait en sorte de faire mourir l'industrie planétaire au complet ». 

Depuis, le contexte économique a changé, assure M. Saint-Aubin, et les coûts pour produire du magnésium en Chine ont explosé, 

Le maire d'Asbestos, Hugues Grimard, est également confiant pour la suite des choses. 

Il appelle néanmoins Québec et Ottawa à tout mettre en oeuvre pour appuyer Alliance Magnésium. « L'effort est peut-être là, mais les résultats sont manquants », constate-t-il, déplorant une lourdeur administrative. 

Le comité de suivi toujours présent

Par ailleurs, le comité de suivi mis en place en 2014, et dont le mandat est de faire le lien entre les dirigeants de l'entreprise et les préoccupations des citoyens, compte poursuivre son travail.

Les préoccupations des citoyens sont économiques, mais aussi environnementales.

« Probablement comme toute population devant un projet d'envergure, [on veut savoir] quels seront les impacts au niveau écologique, au niveau social. Quel sera le comportement de cette entreprise dans la communauté ? », précise le porte-parole du comité de suivi,Richard Vaillancourt.

Le comité créera sur le site Internet de la municipalité un espace où les citoyens pourront poser leurs questions, et où il pourra leur transmettre de l'information.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine