Retour

Après avoir fait installer ses pneus, une Sherbrookoise en perd un sur l'autoroute

Une Sherbrookoise a eu la frousse de sa vie la semaine dernière lorsqu'un de ses pneus s'est détaché alors qu'elle roulait à vive allure sur l'autoroute. Asmaa Mounia Zitouni venait de faire poser ses pneus d'été et souhaite qu'un tel incident ne se reproduise plus.

« J'ai été vraiment chanceuse. Au début, j'ai juste un peu perdu l'équilibre, ma voiture était difficile à contrôler. J'ai ralenti. La roue s'est détachée complètement. Les voitures autour m'ont évitée. J'ai vraiment eu de la chance de n'avoir rien eu. J'aurais pu mourir », raconte-t-elle, encore sous le choc.

Dans un courriel, Canadian Tire a répondu que « la sécurité de nos clients est une priorité pour nous. Nous analysons présentement la situation ». L'entreprise s'est également engagé à effectuer les réparations et à prêter une voiture à la cliente.

Le directeur de la succursale de Sherbrooke aurait indiqué à Mme Zitouni qu'après enquête, il s'avérait que la pose avait effectivement été mal faite. Il lui aurait offert un dédommagement, mentionne-t-elle, mais souhaitait consulter son avocat avant d'accepter quoi que ce soit.

Asmaa Mounia Zitouni a quitté la succursale du Plateau Saint-Joseph avec son véhicule le 11 mai dernier. Elle constate rapidement que quelque chose ne tourne pas rond une fois rendue sur l'autoroute 610.

« Au début, je pensais que mon pneu était crevé. Je ne savais pas qu’il était arraché. Tu ne peux pas comprendre l’horreur quand je me suis rendue compte de ce qui était arrivé », relate Mme Zitouni

Après avoir ralenti, un de ses pneus tombe et glisse sous le véhicule. Elle parvient tout de même à immobiliser sa voiture, sous le choc. Les écrous ont été mal serrés.

Des mesures préventives exigées

Selon Mme Zitouni, au moment de récupérer le véhicule, le remorqueur aurait constaté que d'autres écrous n'auraient pas été remis en place convenablement.

Mme Zitouni réclame que le commerçant mette en place des mesures préventives pour éviter que pareille situation se reproduise.

Cette dernière se questionne à savoir pourquoi les mécaniciens ne réalisent pas une double vérification pour éviter une telle erreur. « Il n’y a personne qui va sortir un outil pour vérifier si sa roue a été vissée. Canadien Tire doit mettre des règles, un processus de vérification, faire quelque chose, parce que ce n’est pas normal », affirme-t-elle.

Asmaaa Mounia Zitouni dit avoir subi un choc post-traumatique et souhaite sensibiliser le public à vérifier leur voiture après un passage au garage. « J’ai ressenti les effets de l’accident toute la nuit : j’ai fait des cauchemars, je ne me sentais pas bien. Le samedi matin, c’était le plus gros moment du choc; c’est là que je me suis rendu compte que j’aurais pu mourir. C’est là que ç’a débordé », dit-elle.

« On comprend l’erreur humaine, mais en tant que compagnie, elle doit mettre des mesures en place pour que l’erreur humaine ne passe pas », martèle-t-elle.

La dame a déposé une plainte officielle auprès de Canadian Tire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine