Retour

Argyll est l'un des CHSLD les mieux outillés contre la violence, estime le Dr Réjean Hébert

Avec le vieillissement de la population, le nombre de résidents en CHSLD augmente. Parmi eux, se retrouvent aussi des patients au comportement agressif. Le médecin gériatre et doyen de l'École de santé publique de l'Université de Montréal, Réjean Hébert, nous donne son point de vue et explique certaines de ses méthodes pour assurer la sécurité des aînés.

Réjean Hébert soutient que le pavillon Argyll de Sherbrooke est l’un des CHSLD les mieux outillés pour répondre à ce genre de cas au Québec, ce qui ne l’empêche pas d’avoir « échappé » dans le dossier concernant le décès d'un résident survenu en 2016.

Le Dr Hébert souligne que les moyens de traitement ont bien changé au fil des ans. Attacher et isoler les patients dans leur chambre n’est plus la méthode de prédilection.

La contention chimique grâce à des médicaments, bien qu’elle soit encore largement utilisée, ne semble pas la meilleure méthode de traitement selon le médecin qui dénote que les patients « deviennent des zombies avec tous les risques de chute que ça occasionne ».

Identifier le stimulus qui cause le comportement violent et ajuster l’environnement du patient est la méthode préconisée par le Dr Hébert. Une façon de faire qui est notamment utilisée au pavillon Argyll.

Plus d'articles