Retour

Attentats à Bruxelles : réactions vives en Estrie

Les réactions abondent en Estrie à la suite des attentats qui ont fait des dizaines de morts et plus d'une centaine de blessés en Belgique mardi matin.

Entre autres, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, se trouve présentement à Bruxelles, en Belgique, avec une délégation municipale. Lui, ainsi que le développeur économique, Martin Dupont, sont confinés dans leur hôtel, qui est situé près de la station de métro Maelbeek, où s'est produite l'une des déflagrations.

« C'est une journée particulière. Pour le moment, nous sommes en attente. On sait très bien qu'avant ce soir ou demain matin nous n'aurons pas d'indication pour la suite des choses. Les gens ne savent pas exactement ce qu'il va arriver. Est-ce qu'il y aura d'autres attentats au cours des prochaines heures? Les gens demeurent inquiets », a-t-il raconté.

De nombreuses municipalités de la région ont mis leurs drapeaux en berne devant les édifices publics. C'est le cas des villes de Drummondville, Victoriaville et Sherbrooke.

Les attentats de Bruxelles se sont également retrouvés au coeur d'une discussion d'un cours de politique à l'Université de Sherbrooke donné par David Morin, expert de la question du terrorisme. Parmi ces étudiants, on retrouve une Belge.

« Autant on se dit que la peur ne doit pas vaincre et qu'il n'y a pas d'amalgame à faire entre musulmans et Arabes, il y a une réalité qui existe présentement avec laquelle nous ne sommes pas conscients. C'est une réalité qui, au niveau mondial, il faut prendre. Il y a un règne de la terreur qui existe et il faut faire quelque chose par rapport à ça », soutient Alizée De Sorgner.

Même son de cloche du côté du Belge d'origine, Alain Vandenn Eynden, le propriétaire de la chocolaterie du même nom à Magog

. « La première chose à laquelle j'ai pensé en me réveillant, c'est la tristesse, le choc. Toute ma famille vit à Bruxelles. Ils ont en sécurité, mais on sent, dans leurs commentaires, la peur qui s'est installée, le chaos, la colère. »

Le chocolatier est persuadé que son peuple saura se relever de cette tragédie.

« La fierté belge, la fierté patriotique sont là. On ne se laissera pas aller, mais il faut agir. Il faut combattre le terrorisme. Je leur souhaite d'avoir de la sérénité et de la détermination. Il ne faut pas que le terrorisme l'emporte sur notre idéal d'amour et de paix », ajoute-t-il. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine