Retour

Au boulot en vélo : succès chez Exp à Sherbrooke

En mai dernier, lors du Défi du mois du vélo, 1486 déplacements à bicyclette ont été effectués en Estrie. Un peu plus de 150 personnes ont participé à l'événement, dont 18 employés de la firme de génie-conseil sherbrookoise Exp. La réussite de l'activité est telle que certains ont choisi de continuer à voyager à vélo pour se rendre au travail.

Catherine Fernet est l'une des cyclistes qui a pris goût au vélo pendant l'initiative. Celle qui vise l'utilisation de son vélo environ deux fois par semaine n'y trouve que des bienfaits.

« Tout de suite en arrivant, je suis plus réveillée et plus concentrée. Le soir, quand je reviens, ça fait aussi du bien. Le matin, je veux être à l'heure alors je suis plus pressée, mais, le soir, j'en profite. Je relaxe plus et ça détend », explique l'architecte-paysagiste chez Exp.

C'est son collègue Martin Auger-Lefebvre qui les a encouragés à enfourcher leur vélo. « Je voulais vraiment miser sur l'idée de l'engagement. Alors, je leur suggérais un minimum d'une fois par semaine et j'exigeais environ deux kilomètres. Il n'y avait pas de police du vélo, c'était un projet très convivial. Les gens ont vraiment embarqué. Il y a eu aussi un effet de communauté qui s'est créé très rapidement. Le vélo est devenu un sujet de discussion très important aux pauses et sur l'heure du dîner. »

Le projet a été facilité par la présence d'installations déjà en place, comme un cabanon pour ranger les vélos et des douches au sous-sol de l'immeuble. Des conférences en lien avec le vélo ont même été organisées sur l'heure du dîner pour motiver les cyclistes.

« J'avais de moins en moins de temps pour faire de l'exercice pendant la journée avec les réunions sur l'heure du dîner. Ça a été le petit coup de pouce qui me manquait pour bouger un peu plus durant la journée », ajoute Catherine.

Comme elle habite Magog, elle utilise un stationnement incitatif situé sur le boul. Bourque à Sherbrooke. Elle se stationne et fait le reste du chemin à vélo. « J'ai choisi un chemin que je trouvais facile. J'ai trouvé un sentier hors-route qui longe le parc et la rivière Magog. C'est plus agréable pour moi que de circuler sur la voie avec les automobilistes. »

Si d'autres de ses collègues habitent Sherbrooke, certains qui résident à Hatley ou Lennoxville ont aussi participé au défi pendant tout le mois. « Le fait de le faire en mai, c'est pour inciter les gens en début de saison, pour créer la piqûre et continuer pour le reste de la saison et je le vois », note Martin.

Le responsable de géomatique chez Exp peut dire mission accomplie. Jusqu'à six personnes continuent régulièrement à utiliser le vélo plutôt que la voiture. « Ça continue, je suis bien content de ça », conclut-il.

Plus d'articles