Retour

AU CŒUR DE LA VIE - Du rock et de la pop au bloc opératoire

Qu'ont en commun Iron Maiden, Coeur de pirate et Justin Bieber? Leurs chansons accompagnent trois chirurgiens du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) lors de leurs délicates et complexes opérations.

Bienvenue dans leur univers musical! 

Un texte d'Émilie Richard

DAVID FORTIN, NEUROCHIRURGIEN 

Vous êtes un amateur de musique? « Big time! Il n'y a rien que je fais sans musique; au bloc opératoire, quand j'écris des articles de recherche, quand je lis... C'est juste si je ne dors pas avec de la musique! », lance-t-il assis derrière son bureau. La musique de Theatre of Tragedy joue à ce moment-là, un groupe qu'il aime beaucoup.

S'il écoute de la musique instrumentale lorsqu'il lit ou écrit, comme du jazz, du classique ou des trames sonores, lorsqu'il opère, ça peut aller jusqu'à du rock pesant. « Pour des chirurgies plus complexes, je mets de la musique d'ambiance, sinon, c'est systématiquement du rock, jusqu'à du rock assez heavy, comme Black Sabbath, Ozzy Osbourne ou Iron Maiden », explique celui qui peut passer des dizaines d'heures consécutives au bloc opératoire.

La musique tue son stress, l'aide à se concentrer et à garder son calme.

« Il y a des anesthésistes qui ont ça en sainte horreur, donc quand je commence à opérer, je rentre dans la salle, on positionne le patient, on fait les vérifications d'usage. Après je dis : "Ok, est-ce qu'on met de la musique?" Et là, on négocie. J'ai un résident qui n'aime pas vraiment la musique rock, alors on met de la musique plus mollo. »

De toute façon, le docteur David Fortin a l'embarras du choix. De ses 22 000 pièces enregistrées dans sa bibliothèque musicale, il en a choisi 2000 pour former une liste de lecture, intitulée « Very best of all time ». Cette dernière contient des chansons passe-partout des années 1960 à aujourd'hui, du rock, de l'alternatif et un peu de pop.

Il y a même trois chansons de Céline Dion. « J'ai mis ça pour une infirmière qui aime Céline Dion », raconte en riant le rockeur du CHUS. 

VÉRONIQUE LAPIE, CHIRURGIENNE VASCULAIRE

Véronique Lapie garde tout près d'elle sa fille de 16 ans lorsqu'elle opère, puisque la chirurgienne a créé sa liste de lecture en fonction des goûts musicaux de son adolescente. En tête de liste, on y retrouve de la musique pop, dont les succès de l'heure de Drake, Rihanna et, sans oublier, Justin Bieber. « Je trouve qu'il évolue ce mec », confie-t-elle d'un ton amusé, mais complètement assumé. « Je trouve qu'il ose, qu'il expérimente . »

Ces chansons lui permettent de se « faire aller le bas du corps », mais aussi, et surtout, de lui donner énergie et légèreté. « S'il y a des tensions au bloc opératoire, je ne mets pas de musique, mais après, oui. Pour reprendre mon souffle. C'est un peu comme ceux qui font des marathons. Ça t'en donne. On dirait que tu viens de prendre un sandwich, ça te redonne du souffle. »

Et à toute vitesse, juste avant de se réfugier en salle d'opération, elle lance, en référence à deux émissions d'ICI Musique: « Ce qui marche aussi, c'est Plaisirs Therrien et Rebecca Makonnen, le matin! » Ça ne s'invente pas. 

MAZEN CHOULAKIAN, OPHTALMOLOGISTE

La fois où le docteur Choulakian a ouvert les portes du bloc opératoire à l'équipe de tournage de Radio-Canada Estrie, Coeur de pirate a joué en boucle pendant l'intervention.

« Il y a quelque chose de zen, dans le timbre de sa voix, dans la mélodie qui me rend zen. Alors quand j'opère, je ne vais pas nécessairement entendre toujours la musique, mais quand je commence le cas, on dirait que ça me met dans un environnement enveloppant et réconfortant », explique l'ophtalmologiste qui, lui aussi, sélectionne la musique selon les cas.

De la musique douce pour les chirurgies plus longues, comme les greffes de cornées, et du Top 40 ou du Florence + The Machine pour des chirurgies de cataractes, par exemple.

Comme la majorité de ses collègues qui écoutent de la musique, il ne s'en passerait pas... même s'il peut s'agir d'un effet placebo!

Quelques exemples de ce qui se trouve dans la liste de lecture de Dr Choulakian

Plus d'articles