Retour

Au tour de Drummondville d'être assaillie par l'agrile du frêne

Après l'Ontario, Montréal, Québec et la Montérégie, c'est au tour de Drummondville d'être assaillie par l'agrile du frêne, ce coléoptère responsable de la mort de millions de frênes.

L'insecte originaire d'Asie a été retrouvé dans des pièges fixés à des arbres, ce qui a alerté la Ville de Drummondville au début de la semaine, surtout qu'elle compte quelque 900 frênes sur son territoire. Si un insecticide est déjà utilisé dans certaines villes pour limiter le phénomène, le plan de la Municipalité sera quant à lui dévoilé sous peu.

« Il n'y a pas de coupes de prévues pour l'instant. Il n'y a aucun risque pour la santé humaine. On n'est pas dans une question de mesures d'urgence ou de panique. Ce qu'on sait, c'est qu'à partir du moment où la zone est déclarée par le gouvernement fédéral, ça veut dire que les arbres qui seraient coupés ou les copeaux du frêne, etc., ne peuvent plus sortir du territoire. Donc, on indiquera à la population où et comment elle peut disposer de ces arbres-là. »

Attiré par la senteur particulière du frêne, l'agrile du frêne ne s'intéresse qu'à cet arbre. Comme il pond de 30 à 75 oeufs, il se propage à une vitesse exponentielle.

Plus d'articles

Commentaires