Retour

Avis d'infraction de la CSST : Neptune plaide coupable

Sans tambour, ni trompette l'entreprise Neptune technologies et bioressources a plaidé coupable à un avis d'infraction émis par la Commission de santé et sécurité au travail. C'est près de 18 mois après avoir reçu cet avis que Neptune a admis sa faute.

Un texte de Geneviève Proulx

C'est lors d'une audition en Cour du Québec, le 26 mars dernier, que l'entreprise a reconnu « avoir compromis directement et sérieusement la santé, la sécurité ou l'intégrité physique d'un travailleur lors d'un déversement d'acétone dans des conditions non sécuritaires et dangereuses. »

Ces infractions sont en lien avec l'explosion tragique du 8 novembre 2012 à l'usine de production d'huile de krill situé dans le quartier industriel de Sherbrooke. Ce jour-là, 18 personnes ont été blessées et trois autres sont mortes.

Neptune a été condamné à payer une amende de 58 420 $ pour cette infraction.

Enquête policière

Par ailleurs, l'enquête du Service de police de Sherbrooke (SPS) concernant l'explosion mortelle se poursuit. Le SPS cherche à déterminer si l'entreprise est criminellement responsable de certains éléments découlant du rapport déposé par la CSST à la suite de l'explosion. 

« Il est question de problématique au niveau de la gestion du procédé et de l'aménagement du bâtiment. Le travail de nos enquêteurs est de déterminer si les erreurs qui ont été commises relèvent d'une négligence criminelle ou si ce sont seulement des erreurs d'apprentissage », explique le porte-parole du SPS, Samuel Ducharme.

Deux enquêteurs travaillent depuis un an sur ce dossier.

Au moment d'écrire ces lignes, Neptune Technologies n'avait pas rappelé Radio-Canada. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine