Retour

Bilans divergents au sujet de la fusion des services de santé en Mauricie et Centre-du-Québec

Il y a un an, les services sociaux et de soins de santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec étaient fusionnés, dans la foulée de la réforme du gouvernement libéral. Aujourd'hui, les avis divergent quant au succès de l'opération.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond, André Komlosy, croit que les citoyens du Centre-du-Québec sont moins bien desservis qu'avant. Selon lui, les priorités de la Mauricie sont différentes de celles de sa région.

« La population est un peu plus vieillissante en Mauricie qu'au Centre-du-Québec, donc quand vient le temps de prendre des décisions, des orientations, quand tout est centralisé à Trois-Rivières, on met en place des politiques qui sont plus le reflet des réalités et besoins de la Mauricie que du Centre-du-Québec », dit-il.

Il croit aussi que les mentalités sont différentes dans les deux régions, notamment par rapport à la santé mentale. Les psychiatres du Centre-du-Québec seraient portés à garder les patients plus longtemps à l'hôpital que ceux de la Mauricie.

En entrevue à Chez nous le matin vendredi, le président-directeur général du CIUSS Mauricie-et-Centre-du-Québec, Martin Beaumont, a lancé un tout autre son de cloche. « En même temps qu'on s'est transformé, on a réussi à améliorer plusieurs secteurs d'activité, dont la performance de nos urgences, les listes d'attente en chirurgie, on a amélioré la prise en charge au niveau de la clientèle orpheline », a-t-il expliqué.

Il croit que la fusion des services « crée beaucoup de leviers ».

Fusion à compléter pour l'un, lutte à poursuivre pour l'autre

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond réclame que le Centre-du-Québec, qui est une région administrative au même titre que la Mauricie, ait son propre réseau de santé. Si rien ne change d'ici les prochaines élections, Adam Komlosy promet d'en faire un enjeu de la campagne.

La réorganisation est complétée à 95 % selon le PDG du CIUSS Mauricie-et-Centre-du-Québec. « À la mi-avril on devrait avoir terminé la mise en place de tous nos gestionnaires dans nos nouveaux postes en fonction de la nouvelle structure », affirme M. Beaumont.

Avant la fusion, les douze établissements et l'agence de santé des régions comptaient environ 620 gestionnaires, alors qu'il y en a maintenant 485.

Plus d'articles

Commentaires