Retour

C'est parti pour la 38e édition du Salon du livre de l'Estrie

La 38e édition du Salon du livre de l'Estrie a ouvert ses portes, jeudi, au Centre de foires de Sherbrooke. Au total, l'événement attire 106 exposants cette année. C'est l'auteur et rappeur Biz qui en est le président d'honneur.

Un texte de Carl Marchand

« Les salons du livre, c'est un peu un camp de vacances pour les auteurs! Ça nous permet de sortir de notre isolement », a lancé celui qui a publié Naufrage plus tôt cette année.

Son quatrième roman raconte l'histoire de Frédérick qui, après avoir vécu une rétrogradation au travail, doit vivre un autre drame dans sa propre famille.

Reprendre le terrain perdu

L'an dernier, les sorties scolaires avaient été annulées en raison de moyens de pression des enseignants. Le terrain perdu l'an dernier a été regagné, assurent les dirigeants. Plus de 2000 élèves ont franchi les portes jeudi.

« Je pense que les gens sont satisfaits, on voit beaucoup de sourires », soutient la directrice générale, Émilie Pinard, à la tête du Salon pour une première année.

Au total, la nouvelle directrice espère la venue de 15 000 visiteurs durant les quatre jours de l'événement.

Des auteurs qui en profitent

Parmi les auteurs à l'honneur, Benoît Bouthillette et Marianne Dubuc étaient présents lors de la première journée du salon.

Une véritable pause pour Benoit Bouthillette qui, en plus d'écrire trois heures chaque jour, travaille dans un verger, après être revenu s'établir en Estrie, il y a trois ans. Son plus récent ouvrage, L'heure sans ombre, s'est mérité le prix Tenebris 2016 du meilleur roman québécois de littérature noire.

« J'ai appris à écrire ici, il y a 25 ans. Je travaillais dans un verger et ma blonde était restée à Montréal. Tous les matins, je devais lui écrire une page et c'est comme ça que j'ai vaincu ma maladie de la perfection. Ç'a dédramatisé le processus d'écriture », raconte celui qui s'identifie comme un fier résident de Compton.

L'auteure et illustratrice jeunesse Marianne Dubuc en était à sa première visite au Salon du livre de l'Estrie. C'est l'occasion de rencontrer des lecteurs, mais elle profite aussi des périodes d'attentes pour faire des illustrations. Car des temps morts, la mère de deux jeunes enfants de huit et six ans n'en a pas beaucoup.

« On apprend surtout à très efficace. Procrastiner et faire toutes sortes de choses au lieu de travailler, je ne peux plus maintenant. Quand je m'assois, je suis capable de me concentrer super rapidement. »

Le Salon du livre de l'Estrie se déroule au Centre de foires de Sherbrooke jusqu'au dimanche 16 octobre.

Plus d'articles