Retour

Cannabis à des fins médicinales : Sherbrooke devient un pôle scientifique et commercial

Sherbrooke tente de se positionner dans le marché du cannabis médicinal. Consortium Vallée Verte est le nom qui a été donné à un partenariat stratégique chargé de créer des produits issus du cannabis. Deux entreprises privées de la région s'allient à des chercheurs de l'Université de Sherbrooke, une première dans l'industrie.

Un texte de Brigitte Marcoux

L'Université de Sherbrooke, le Groupe DJB et Neptune Technologies & Bioressources font partie du consortium. Les trois entités mettront en commun leur expertise de recherche, de culture et d'extraction pour créer un pôle de recherche-développement en cannabis médicinal.

Le professeur Marsault ajoute que la collaboration avec le Consortium permettra d’étudier plusieurs questions liées au rôle des cannabinoïdes dans la douleur pour ultimement offrir aux patients des solutions de rechange efficaces et sécuritaires aux opioïdes, qui, malgré leurs limites, sont actuellement la norme.

Le Groupe DJB, qui fait partie du consortium, est un spécialiste du domaine agricole depuis 35 ans. Son mandat sera de cultiver le cannabis. Quant à Neptune Technologies & Bioressources, son expertise scientifique en développement de produits de nutrition sera mise à contribution. L'entreprise sera chargée de procéder à l'extraction de l'huile de cannabis et de s'assurer de sa conformité. Située à Sherbrooke, l'entreprise est déjà reconnue pour la fabrication d'huile de krill.

Les deux entreprises ont adressé une demande de licence à Santé Canada pour pouvoir produire du cannabis dans un but médicinal. La réponse n'est pas attendue avant 18 mois.

« Les deux partenaires vont s'affairer à extraire l'huile de cannabis et le rôle des chercheurs de l'Université de Sherbrooke sera de valider le tout », explique Serge Marchand, professeur responsable du laboratoire de recherche clinique en neurophysiologie de la douleur du Centre de recherche du CHUS.

Plusieurs étapes sont à prévoir avant de pouvoir commercialiser l'huile de cannabis à des fins médicinales. « Il y a des étapes qui sont essentielles et il y a des comités d'éthique. Il faut s'assurer que ce qu'on va faire est éthique autant chez l'animal que chez l'humain. Il faut s'assurer que les tests qu'on va faire ne comportent aucun risque. Il faudra également élaborer des protocoles de recherches », explique M. Marchand.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine