Retour

Carré Belvédère : des citoyens inquiets du développement urbain

Un regoupement de citoyens qui habitent à proximité du futur Carré Belvédère où seront construites 1700 unités d'habitation disent être tenus dans l'ignorance par la Ville de Sherbrooke.

Un texte de Brigitte Marcoux

Le nouveau quartier comptant 1700 portes verra le jour dans le secteur Ascot de Sherbrooke au coin des rues Belvédère et Bel-Horizon sur un terrain de 78 hectares. Le quartier comptera des résidences unifamiliales, des jumelés ainsi que des immeubles de moins de 18 appartements. Le quartier est appelé à se développer sur un horizon de 15 ans.

Or, les membres du regroupement de citoyens pour le Boisé Belvédère se disent frustrés et insatisfaits de la manière dont la ville effectue le développement urbain à Sherbrooke. Depuis plusieurs semaines, le groupe attend des réponses à différentes questions concernant ce projet domiciliaire, mais il demeure sans réponses.

« On a été mis au courant du dossier au moment où la Ville en était à la dixième version du plan de lotissement alors que nous on n'a jamais été interpellé. On a réussi à obtenir quelques bribes d'information seulement concernant la valeur écologique du milieu. On constate des lacunes dans les documents qu'on nous a transmis », explique une citoyenne du secteur, Caroline Cayer.

Le Regroupement de citoyens pour le Boisé Belvédère souhaite s'assoir avec la Ville afin d'avoir l'heure juste sur le projet. Il veut également contre-expertise de spécialistes concernant la valeur écologique de ce boisé.

Le Regroupement de citoyens pour le Boisé Belvédère estime que la Ville ne met pas en application sa propre politique de développement durable. Dans un communiqué émis lundi en fin de soirée, on peut y lire que la Ville approuve que soient abattues des pruches centenaires (espèce se trouvant sur seulement 0,17 % du couvert forestier de l'Estrie ) dans le Boisée Belvédère au bénéfice du développement résidentiel. Les considérations financières évoquées par la Ville pour la prise de ces décisions démontrent combien la préservation de la biodiverté du patrimoine naturel n'est pas une priorité pour la ville.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine