Retour

Carrefour giratoire sur la 220 à Sherbrooke : encore plus compliqué qu'avant

Le nouveau carrefour giratoire sur la route 220, à Saint-Élie, devait alléger la circulation, mais six mois plus tard, les résultats se font toujours attendre. 

Selon un résident du secteur, Éric Lavoie, non seulement le trafic ne s'est pas allégé, mais il s'est empiré. Avant l'ouverture du carrefour giratoire, il lui fallait 7 minutes pour aller chercher sa fille à la garderie en voiture. Il lui en faut désormais au moins 25. 

« Je ne sais pas ce qui est prévu avec le prolongement du boulevard René-Lévesque, si ça va aider la situation, mais pour l'instant, je trouve que c'est très lent et je ne sais jamais si je dois partir pour aller à la garderie de ma fille », raconte le père de famille, qui fait maintenant le trajet à vélo. 

Gaétan Beaudoin, qui travaille rue Léger depuis 7 ans, a quant à lui doublé le temps passé en voiture pour sortir du secteur. Le trajet qu'il faisait en 15 minutes lui en prend dorénavant 30. 

Chez Signé F Coiffure, boulevard industriel, les bouchons ont une répercussion sur la clientèle.

En attente du MTQ 

La directrice des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel, affirme qu'il y a un problème de trafic dans le secteur, elle renvoie la balle au ministère des Transports du Québec, propriétaire de la route 220.

Selon elle, l'augmentation de la circulation explique en partie les bouchons, tout comme la présence de deux feux de circulation à la sortie du carrefour giratoire. 

« Lorsque les feux de circulation sont au rouge, ça bloque dans le carrefour giratoire, et jusque dans le prolongement de Portland, et jusqu'à l'autre côté du boulevard de Portland, ce qui fait que ça prend vraiment des études », estime-t-elle.

Éric Lavoie ajoute une autre hypothèse à l'explication de la Ville. « En sortant du carrefour giratoire, on tombe à une voie au lieu de deux voies et ça fait en sorte que toutes les voitures sont obligées d'en laisser une autre passer, et ça crée un certain embouteillage », soutient-il. 

Mme Gravel affirme que la Ville a rencontré le MTQ au sujet de la route 220 l'automne dernier. Du côté du ministère, on assure qu'une autre rencontre est prévue prochainement. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine