Retour

Catastrophe évitée pour les vignobles du Québec

Malgré un printemps rude pour les vignobles du Québec, les viticulteurs gardent le sourire. La vague de chaleur qui perdure actuellement sauvera la récolte 2015 de la catastrophe.

Un reportage de Jean Arel

Robert Boulais, du vignoble Centaure, admet qu'il a perdu jusqu'à 40 % de certaines variétés en raison des gels. Michel Robert, du Coteau Rougemont, affirme également qu'il a été très inquiet. Certaines vignes ont gelé, d'autres ont été touchées par la grêle.

« On a eu un printemps qui a été tardif. On a eu de la pluie au mois de juillet et au mois de juin », explique-t-il.

Michel Robert estime que la baisse de production pourrait être de 40 % au Québec, mais la vague de chaleur actuelle permettra d'éviter la catastrophe.

« Il va y avoir moins de raisins au Québec. Par contre, dans certains cépages, la qualité va être là. Comme je vous dis, avec les dernières trois semaines, la chaleur fin du mois d'août, début septembre, je pense qu'on va avoir de bons vins à vous présenter », affirme-t-il.

Vincent Gendron, du vignoble J.O. Monpetit, explique qu'il faudra travailler le produit un peu plus.

« Au niveau du taux de sucre à aller chercher au niveau du raisin qui va être différent cette année, dû au manque de soleil. Ça va être un vin à travailler pour qu'il soit aussi bon cette année », explique-t-il.

La Fête des vendanges attire les foules

À la Fête des vendanges de Magog, samedi, les visiteurs, eux, n'avaient pas la tête à la prochaine récolte, mais bien aux vins présentés. De nombreux amateurs de bons vins se sont déplacés pour déguster les produits, et ils apprécient les progrès immenses de l'industrie viticole québécoise.

« Comparé à il y a trente ans, il y a toute une différence. Il n'y avait rien avant », affirme un visiteur.

Plus d'articles

Commentaires