Retour

« Ce sont des armes » : une Sherbrookoise raconte avoir été mordue par un pitbull

Le 17 juillet 2015, Ginette* a été victime d'une attaque de pitbull. Même si elle s'en est plutôt bien sortie, la Sherbrookoise souhaite maintenant que son témoignage pousse le gouvernement à légiférer.

Ginette était sortie porter son sac d'ordures dans le bac quand le pitbull de ses voisins l'a attaquée. Sa jeune propriétaire le tenait en laisse, mais a été incapable de le retenir.

Le chien l'a mordue à quatre reprises au bas du corps. Outre les cicatrices, elle garde en elle une amertume, l'amertume que « ces choses-là arrivent encore, encore et encore ».

« Ça a pris le décès d'une dame pour qu'on entende aux nouvelles le gouvernement dire qu'ils vont se pencher sur la question alors qu'il y a des enfants qui sont défigurés, il y a des personnes qui ont des séquelles permanentes, invalidantes », déplore-t-elle, en référence à la femme de 55 ans qui a été retrouvée morte dans sa cour, après avoir été mordue par un pitbull.

Ginette n'en veut pas au chien qui l'a attaquée. Elle estime cependant que le gouvernement doit agir.

Elle est d'ailleurs reconnaissante de la façon dont les propriétaires du chien qui l'a mordue ont réagi. Ils ont immédiatement appelé la SPA, qui s'est occupée d'euthanasier leur animal.

« Insensé! » 

Selon un voisin de Ginette, toutefois, ce n'est pas suffisant. Marc-André Paquette raconte que le pitbull n'en était pas à sa première attaque.

Le chien s'en serait également pris à un entrepreneur qui effectuait des rénovations chez lui. « Il a eu vraiment peur et avait saisi un marteau pour se défendre, mais les propriétaires du chien sont intervenus à temps et ont récupéré le pitbull. »

« J'espère que les élus de Sherbrooke, qui ont légalisé la présence de pitbull en janvier 2015 alors qu'en Ontario et à plein d'autres endroits sur la terre ils sont interdits, reconsidéreront sérieusement leur décision et montreront plus de jugement avant que d'autres enfants ou adultes n'en subissent les conséquences qui marquent tristement des vies », a-t-il poursuivi. 

Jeudi, le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a réaffirmé que le règlement sur les chiens ne serait pas modifié

Depuis le début de l'année, une douzaine d'incidents impliquant des chiens agressifs ont été rapportés à Sherbrooke. Deux de ces cas concernaient des chiens de type pitbull.

* Ginette ne souhaitait pas divulguer son nom de famille.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine