Retour

Cellulaire au volant : le coroner Garneau ne lâche pas le morceau

Fabien Charron est mort dans un accident de la route en mai 2016. Il avait consommé de l'alcool et du cannabis. Sa ceinture de sécurité n'était pas bouclée, il roulait au-delà de la limite permise et son véhicule était en piètre état. Mais dans le rapport du coroner Yvon Garneau, la seule recommandation concerne l'augmentation du nombre de points d'inaptitude pour l'utilisation du cellulaire au volant.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Yvon Garneau, qui a fait avec le temps du cellulaire au volant son cheval de bataille, saisit une autre occasion de revenir à la charge avec la recommandation de faire passer de 4 à 9 le nombre de points d'inaptitude pour cette infraction au Code de la sécurité routière.

Il remet en question les stratégies de dissuasion actuelles de la SAAQ et recommande que « les autorités compétentes réévaluent de toute urgence les conséquences désastreuses de ce comportement et ajuste le nombre de points d’inaptitude ».

Même s'il admet que plusieurs autres éléments ont pu causer cet accident, pour lui il n'y a aucun doute.

« L’investigation a démontré que c’était l’un des facteurs majeurs contributifs au dérapage de cette voiture conduite par M. Charron », explique-t-il.

Même s’il y a d’autres facteurs, si j’isole cette cause, ça me donne l’occasion de marteler le même message, que les autorités de faire monter de 4 à 9 points d’inaptitude.

Yvon Garneau, coroner

« Si par exemple le cellulaire n’avait pas été utilisé lors de la conduite du véhicule, peut-être qu’il n’y aurait pas eu d’accident du tout », ajoute M. Garneau.

L’autopsie a aussi permis de constater que la victime était intoxiquée par l’alcool et le cannabis.

Selon l’enquête policière, l'homme roulait à vive allure, il ne portait pas sa ceinture de sécurité et l’inspection du véhicule révélait différentes anomalies.

Fabien Charron est mort le 8 mai 2016 après avoir perdu le contrôle de son véhicule sur la route 122 à Saint-Edmond-de-Grantham, au Centre-du-Québec.

« L’enquête a finalement permis d’apprendre que M. Charron s’est servi de son téléphone cellulaire à quatre reprises entre 22 h 30 et 22 h 51, avec la voix, sans aucun texto. Soit qu’il appelait ou qu’il était appelé. De plus, il est à noter qu’aucun dispositif dit mains libres n’était installé dans le véhicule », peut-on lire dans le rapport.

Réaction de la SAAQ

La Société de l'assurance automobile du Québec s'explique mal comment le coroner Yvon Garneau en est venu à une seule recommandation dans son rapport sur la mort de Fabien Charron.

« À la lecture du rapport, on a un peu de difficulté à comprendre pourquoi la seule recommandation vise l'augmentation des points d'inaptitude au niveau du cellulaire au volant parce qu'il y a beaucoup d'autres facteurs contributifs importants qui peuvent mener à des infractions très sévères », mentionne le porte-parole de la SAAQ, Mario Vaillancourt.

J’ai étudié la scène et ça fait plusieurs cas semblables que je vois aussi.

Yvon Garneau, coroner

« J’ai l’impression que l’individu a une main sur le volant et l’autre sur le cellulaire. C’est à ce moment que va se produire le fameux dérapage. C’est pour ça que je l’appelle le facteur contributif majeur ou principal », explique Yvon Garneau.

La SAAQ se dit préoccupée par l'utilisation du cellulaire au volant qui demeure la cause d'un accident sur deux au Québec.

L'organisation rappelle cette consultation publique lancée le 9 janvier dans le but de remettre une liste de recommandations au ministre des Transports, Laurent Lessard.

Un questionnaire est déjà en ligne sur le site de la SAAQ et une équipe entreprendra une tournée de consultation à la grandeur de la province dès le 3 février pour aller à la rencontre de la population.

En tout, 11 villes seront visitées dont Trois-Rivières, le 16 février.

On s'est inspiré un peu de ce qui s'est fait dans d'autres pays pour trouver des idées, des solutions pour continuer à améliorer le bilan routier.

Mario Vaillancourt, porte-parole de la SAAQ

Au cabinet du ministre Lessard, on dit prendre bonne note du rapport du coroner Garneau, mais qu'aucune modification ne sera faite au Code de la sécurité routière avant la fin des consultations.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine