Retour

Centre-du-Québec : grogne autour de la hausse des tarifs de stationnement dans le réseau de la santé

Des syndiqués du secteur de la santé du Centre-du-Québec et de la Mauricie déplorent la nouvelle tarification mise en place pour les stationnements en milieu de travail.

Un texte de Geneviève Proulx

Cette politique de gestion des stationnements, qui a été annoncée au début du mois d'août, a pour objectif d'harmoniser les tarifs de stationnement pour l'ensemble des établissements nouvellement regroupés sous la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Selon les travailleurs affiliés à la CSN, l'imposition de cette tarification unique, qui passera de cinq à sept dollars par semaine dans deux ans, est un affront de plus aux travailleurs.

La présidente du syndicat des employés du Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Manon Hamel, dénonce cette décision alors que les membres qu'elle représente n'ont jamais payé de frais de stationnement. « C'est très mal accueilli. Premièrement, il n'y a même pas de guérite et nous n'avons jamais payé nos stationnements. Ça arrive comme une nouvelle mesure et ça arrive en même temps où on se fait attaquer sur nos conditions de travail. Pour nous, nous sommes en train de financer le CIUSSS. Le financement se fera sur le dos des employés. »

La semaine dernière, le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Cœur-du-Québec (SIIIACQ) avait dénoncé cette hausse des tarifs de stationnement pour plusieurs membres du personnel soignant du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la région. Il avait demandé l'annulation de la nouvelle politique de stationnement.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Quebec maintient que la mesure est nécessaire pour assurer l'équité envers l'ensemble des travailleurs.

Plus d'articles

Commentaires