Depuis une quinzaine d'années, on remarque un retour en force du thé dans les habitudes de consommation des Québécois. Le choix, en matière de thé, s'est grandement amélioré et les boutiques dédiées à cet univers augmentent. 

Sherbrooke n'échappe pas à la tendance. De nombreux magasins et salons de thé ont ouvert leurs portes au cours des dernières années. C'est le cas de la boutique Mystea et du salon L'Arbre à palabre, tous deux situés au centre-ville de Sherbrooke. 

Le simple thé en poche noir ou vert n'a plus la cote. Aujourd'hui, le thé se décline en de multiples saveurs. « À L'Arbre à palabre, on offre une trentaine de thés et d'infusions. On va du chocolat chaud, au chaï, au smoothie. On a une belle gamme de thés à découvrir », explique une employée du salon de thé, Marjolaine Delisle. L'endroit est ouvert depuis 12 ans. 

L'engouement se fait surtout sentir chez les jeunes. « De plus en plus, les jeunes essaient de quitter le monde du café, des boissons énergisantes. Ils veulent aller vers quelque chose qui va les aider à rester éveillés, à rester concentrés sans les effets néfastes du café et du sucre », soutient la propriétaire de la boutique Mystea, Anne Ricard. 

« Je crois qu'avec la vague santé où on se préoccupe de plus en plus des bénéfices de ce qui rentre dans notre corps, le thé est un grand champion en antioxydants. Il a de belles vertues aussi. Contrairement au café qui va stimuler physiquement et nerveusement, le thé éveille au niveau mental. Le thé peut calmer aussi tout en nous éveillant », ajoute Mme Delisle. 

Un univers de possibilités

Pour s'initier au monde du thé, la propriétaire de la boutique Mystea suggère de commencer avec des thés simples. « Quand les gens rentrent ici [chez Mystea] et ne savent pas trop quoi prendre, on conseille le thé marocain, le thé chaï ou le thé à la russe parce qu'ils sont aromatisés ou sucrés. Pour ceux qui n'aiment pas le sucré, on a des thés fleurals comme au jasmin, à la rose, au litchi, à la cerise. On fait souvent sentir le thé à la personne avant qu'elle ne le déguste. Ça donne une bonne idée de ce qu'on va boire. »

« On peut le déguster de toutes les manières. C'est la beauté du thé. On n'est pas obligé d'être une tasse de thé vert chaud bien infusée et amère. On peut le boire chaud, en thé glacé, en cocktail alcoolisé, on peut le cuisiner avec du matcha (un thé en poudre). Déguster une tasse de thé, il y a 1001 façons, en autant qu'on apprécie le moment! », croit Anne Ricard. 

Selon elle, les Québécois apprenent tranquillement à connaître l'étendue des saveurs. « Plus ça va, plus les gens savent que le thé, ce n'est pas un verre de tourbe et qu'il y a beaucoup de saveurs, d'arômes, de fruits, de fleurs pour avoir un thé super parfumé avec tous les bienfaits. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine