Retour

Chronique tendances : coup de foudre pour les arts martiaux mixtes

Janvier est le mois de la remise en forme pour plusieurs. Tous les moyens sont bons et plusieurs n'hésitent pas à enfiler les gants pour se mettre aux arts martiaux mixtes.

David Côté a fondé l'Académie SGS, à Sherbrooke, il y a dix ans. « À l'époque, c'était plus underground, se rappelle-t-il. Avec des athlètes comme Georges St-Pierre (GSP), le sport a beaucoup gagné en popularité.

En plus de faire connaître la discipline des arts martiaux mixtes, GSP a aussi contribué à déconstruire l'image de brute des combattants.

« On s'est rendu compte que ceux qui excellaient dans ce sport-là étaient des gens intelligents, instruits et qui avaient le côté très technique. Ce sont des athlètes aussi en forme que des athlètes olympiques qui réussissent à être champions aujourd'hui », ajoute l'entraîneur.

Miguel Arel, lui, s'entraîne à l'Académie SGS depuis deux ans et demi. 

Les proches de Claudio Aldo Eldo Alberto ont sursauté quand il leur a dit qu'il s'entraînait aux arts martiaux mixtes. 

« Au début, ils sont un peu craintifs, mais c'est vraiment un sport de respect », indique-t-il.

Et ce n'est pas parce qu'on enfile les gants qu'on se livrera nécessairement au combat.

« Je dirais que seulement 10 % des gens viennent dans l'objectif de faire de la compétition. La grande majorité, c'est pour se perfectionner dans les disciplines, améliorer sa condition physique, mais aussi s'améliorer en tant qu'individu », conclut David Côté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine