Retour

Chronique Tendances : coworking, ou quand les fourmis s'unissent

À Sherbrooke, La FourmiliAire accueille depuis un peu plus de 3 ans des travailleurs autonomes, étudiants, entrepreneurs qui souhaitent sortir de la maison et travailler sous un même toit.

« Le coworking est un grand réseau d'entraide mondial! » explique Hugues Bergeron, l'un des membres.

Le coworking a vu le jour à San Francisco, il y a une dizaine d'années, pour répondre au besoin des travailleurs autonomes de briser l'isolement et de se rassembler. Aujourd'hui, on retrouve environ 2500 espaces de coworking à travers le monde, dont plus d'une vingtaine au Québec.

Les membres d'un espace de coworking peuvent avoir accès à un bureau, une ligne téléphonique et à des salles de conférences notamment. 

« Ça m'est déjà arrivé de faire un Skype avec une potentielle cliente et mon enfant passe avec une toast au beurre d'arachide. Ça peut être sympathique, mais je ne tiens pas nécessairement à ce que ce soit la norme », lance Gloria Duchesneau, travailleuse autonome.

« Au niveau de la société, il y a seulement de la compétition, tandis qu'avec le coworking, on se rapproche de la coopération », ajoute Nicolas Monin, un autre adepte.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine