Retour

Cinq choses à retenir sur la voie de contournement de Lac-Mégantic

Le 6 juillet 2013, un train explose au centre-ville de Lac-Mégantic. La déraillement coûte la vie à 47 personnes. Cinq ans plus tard, les gouvernements provincial et fédéral annoncent la construction d'une voie de contournement. Voici ce qu'il faut retenir de cette annonce:

1- Objectif 2022

Entre l’annonce officielle de ce vendredi et le moment où les trains quitteront définitivement le centre-ville de Lac-Mégantic, il faudra être patient. Le ministre fédéral des Transports Marc Garneau espère que le projet sera complété d’ici 2022. D’ici là, les trains continueront à traverser le cœur de la municipalité.

2- Des dizaines millions de dollars pour la construction

Pour construire les 12,8 kilomètres de voie, les gouvernements fédéral et provincial devront investir environ 133 M $. Le palier fédéral paiera 60 % de la facture, le provincial s’acquittera du reste.

Comme les contrats pour la construction n’ont pas encore été accordés, ce montant demeure provisoire et pourrait être revu à la hausse. La Central Maine & Quebec Railway ne participe pas au financement de la voie, mais en sera propriétaire.

3- Le tracé du compromis

De nombreux tracés ont été évalués depuis le début du projet de voie de contournement. Le gouvernement fédéral s’est basé sur des études de faisabilité et sur les conclusions du BAPE pour déterminer où devrait être construite la voie.

Le tracé choisi prévoit une déviation à partir de l'ouest de Frontenac. En tout 44 propriétaires seront rencontrés, car la nouvelle voie traversera leur terrain.

4- Un nouveau BAPE nécessaire

Les opposants au projet auront une nouvelle chance se faire entendre leurs préoccupations. Le premier ministre Philippe Couillard a annoncé qu’il y aura « fort probablement » une nouvelle consultation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement pour évaluer l’impact du nouveau tracé. Des ajustements mineurs pourraient être apportés.

5- À Nantes, rien ne change

Questionné en conférence de presse, le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a esquivé les questions portant sur les trains stationnés à Nantes en haute d'une pente jugée comme l'une des plus à risque du Canada.

C’est de cet endroit que la locomotive 5011 a entamé sa course folle le 6 juillet 2013. Dans le plan actuel, les trains resteront au même endroit.

Plus d'articles