Retour

Classcraft : inventé à Sherbrooke et joué dans 75 pays

Classcraft Studios, une entreprise qui est née dans une classe du Séminaire Salésien de Sherbrooke, conquiert le monde avec son jeu vidéo : Classcraft.

Ce jeu vidéo connaît une fulgurante croissance près de trois ans après sa sortie. À l'heure actuelle, 2 millions de personnes jouent à Classcraft dans 75 pays principalement aux États-Unis. « Depuis le mois de juin, nous avons ajouté 1 million d'utilisateurs à la plateforme. On parle de parents, d'élèves, d'enseignants qui sont nouvellement utilisateurs depuis six mois », se réjouit le cofondateur, Shawn Young.

Classcraft permet aux enseignants de diriger un jeu de rôle dans lequel leurs élèves incarnent différents personnages. Il a été conçu pour encourager le travail d'équipe, augmenter la motivation des participants et favoriser un meilleur comportement en classe. « Ça permet aux élèves de gagner de vrais pouvoirs comme de manger en classe ou de remettre un devoir plus tard. Pour gagner ces privilèges, l'enseignant donne des points aux élèves en fonction des comportements qu'ils veulent encourager comme la participation en classe », explique-t-il.

Ce jeu est utilisé de la troisième année jusqu'à l'université, peu importe la matière enseignée.

« Le jeu répond à un besoin des enseignants, ça facilite la gestion de classe et de favoriser la motivation intrinsèque des élèves. Ça satisfait des besoins des élèves d'être engagés, d'être stimulés. C'est aussi en lien avec la culture des jeunes d'aujourd'hui. Quand on regarde les statistiques, on voit que tous les jeunes jouent à des jeux vidéo. On les rencontre culturellement où ils sont avec des mécanismes d'accrochage qui éprouvés dans le monde du jeu vidéo », soutient celui qui, jusqu'à tout récemment, était lui-même enseignant de physique.

Au départ, le jeu fonctionnait par abonnement. Les enseignants payaient un forfait mensuel et le jeu n'était disponible que dans leur classe. Maintenant, il est possible qu'une école au complet soit membre de Classcraft. « C'est intéressant parce que ça permet à l'élève d'avoir un personnage pour lequel il reçoit des points toute la journée, d'évoluer avec ce personnage. Il y a même des chauffeurs d'autobus qui donnent des points dans certaines écoles. Ça fait un peu Harry Potter! », donne-t-il en exemple.

De Sherbrooke à la... Maison-Blanche!

L'aventure de Classcraft a fait vivre des aventures hors de l'ordinaire à son président, Shawn Young. C'est grâce à ce jeu qu'il a pu se rendre à deux reprises à la Maison-Blanche. « La dernière fois, c'était en décembre. On a eu la chance que l'administration Obama reconnaisse que nous sommes des chefs de pensée en terme d'innovation en éducation. On nous invite à donner notre opinion sur l'utilisation des jeux en éducation, par exemple.

Aujourd'hui, 13 personnes travaillent pour l'entreprise mise sur pied par la famille de Shawn Young : son père et son frère sont les cofondateurs. « On est de fiers Sherbrookois qui créent de l'emploi dans la région. Nos bureaux sont sur la rue Wellington. J'embauche des programmeurs, des graphistes, des gestionnaires de communauté, des illustrateurs, des vendeurs. C'est une belle équipe! »

Il ne serait pas étonnant de voir Classcraft sortir des salles de classe dans un avenir rapproché. « Dans les milieux de travail, il y a des entreprises qui utilisent Classcraft pour motiver leurs employés. On va s'assurer de bien percer le marché de l'éducation et après on va explorer d'autres avenues », indique Shawn Young.

Plus d'articles

Commentaires