Retour

Collège Mont-Sacré-Coeur de Granby : le nombre d'agresseurs présumés grimpe à 11

À Granby, la requête de recours collectif pour des allégations d'agressions sexuelles au Collège Mont-Sacré-Coeur prend de l'ampleur. Onze présumés agresseurs sont maintenant identifiés dans le document modifié qui est acheminé à la Cour supérieure.

Parmi ces frères, on compte des surveillants de dortoirs ainsi que plusieurs professeurs. Les faits se seraient déroulés entre 1940 et 1980.

Initialement, seul le frère Claude Lebeau était visé par cette requête. Rappelons qu'un homme de 56 ans, qui n'est pas nommé dans la requête, soutient avoir été victime d'agression sexuelle à plus de 300 reprises par M. Lebeau pendant qu'il était pensionnaire.

« Plusieurs nous ont dit ne pas être certains d'être couverts par ce recours collectif parce qu'ils étaient agressés par des frères autres que Claude Lebeau. Pour permettre aux victimes de comprendre qu'elles sont visées par le recours si elles étaient agressées par le frère Lebeau ou un autre frère, on a jugé bon de modifier la requête », explique l'un des trois avocats agissant dans le dossier, Me Robert Kugler, du cabinet Kugler Kandestin.

Présumées victimes

Les présumées victimes s'élèvent à plus d'une trentaine, mais Me Kugler soutient que d'autres continuent à se manifester. 

Le directeur des communications du Comité des victimes de prêtres croit qu'il ne s'agit que de la pointe de l'iceberg.

« Les bras m'en tombent. Je suis surpris, mais en même temps pas si surpris. Ça ressemble à beaucoup d'autres dossiers qu'on a vus au Québec. Ce qui est étonnant, si les allégations s'avèrent exactes, c'est que les abus ont duré sur une période de 40 ans, ce qui veut dire que cette communauté religieuse n'a pas composé avec le problème », affirme Carlo Tarini.

Aucune victime n'est nommée dans la requête de recours collectif qui vise la Congréation Les Frères du Sacré-Coeur et ses Corporations.

« Allégations sérieuses », dit le Collège

Le directeur du Collège Mont-Sacré-Coeur, Claude Lacroix, a été invité à commenter les développements dans le dossier. « les allégations sont toujours aussi sérieuses et j'espère sincèrement que le processus judiciaire fasse toute la lumière sur la situation », dit-il.

« Dès le départ, j'ai mentionné qu'il était important de faire une différence entre les événements du passé et l'école d'aujourd'hui », ajoute M. Lacroix.

Nous avons tenté de joindre l'avocat de la défense, sans succès.

Plus d'articles