Retour

Collision à Sherbrooke : un motorisé et une voiture prennent feu

Un motorisé et une voiture ont pris feu à la suite d'une collision survenue entre les deux véhicules, vendredi matin, à Sherbrooke, sur le chemin des Écossais.

Un texte de Marie-Claude Lyonnais

L'accident s'est produit à la jonction du chemin des Écossais et de l'autoroute 55. Le motorisé s'apprêtait à emprunter la bretelle d'accès à l'autoroute 55 nord, lorsqu'il a été violemment heurté par l'autre véhicule.

Daniel Poulin, le conducteur du motorisé, n'a d'abord rien vu lorsqu'il a inspecté son véhicule. Ce sont les premiers répondants, lorsqu'ils sont arrivés sur les lieux, qui ont remarqué qu'un incendie couvait sous le motorisé, où se trouvent les bonbonnes de propane.

« Je suis remonté dans mon véhicule pour tenter de le décrocher de la voiture », explique Daniel Poulin. « J'ai été incapable de le faire. J'ai dû traîner le véhicule sur quelques pieds, puis je suis sorti, au cas où ça exploserait. »

Le feu a ensuite complètement ravagé les deux véhicules. Plusieurs pompiers ont arrosé longuement les véhicules pour venir à bout des flammes.

Daniel Poulin, qui se rendait à l'île d'Orléans avec sa conjointe, Ninon Champagne, était ébranlé par l'accident. Ils estiment toutefois qu'ils sont chanceux de ne pas avoir été blessés.

« On devait se rendre en Floride la semaine prochaine, a mentionné Ninon Champagne, découragée. Mais bon, ce n'est que du matériel... »

Quant au conducteur de l'autre véhicule, il a dû être transporté à l'hôpital pour faire soigner des blessures mineures.

Sorties bloquées

La bretelle d'accès au chemin des Écossais a été fermée pendant plus d'une heure, en raison de l'accident.

Les véhicules provenant des deux côtés du chemin des Écossais étaient également bloqués à la hauteur de la bretelle d'accès à l'autoroute.

Une voie a été rouverte vers 7 h 30 pour permettre aux véhicules bloqués dans la bretelle de circuler. La bretelle est toutefois restée fermée aux véhicules provenant de l'autoroute pendant une demi-heure de plus, le temps de permettre aux remorqueurs de dégager les véhicules accidentés.

Le Service de police de la Ville de Sherbrooke estime qu'il est encore trop tôt pour déterminer la cause de l'accident. Les policiers sur place croyaient peut-être à un moment d'inattention. Daniel Poulin estime, pour sa part, que le conducteur s'est peut-être endormi au volant. 

Plus d'articles

Commentaires