Communauté médicale, chercheurs et patients se mobilisent pour mieux faire face à la maladie de Lyme.

Une conférence se tient présentement à Ottawa dans le but d'élaborer un cadre fédéral pour lutter contre cette infection bactérienne transmise par la morsure de la tique.

La mise en place de ce cadre est attendue dans les prochains mois, selon l'Agence de la santé publique du Canada.

La maladie de Lyme se retrouve partout au Canada, principalement dans les zones proches de la frontière avec les États-Unis.

Or, l'état de la recherche sur l'infection n'est pas encore assez avancé, soutient Janet Sperling, de l'Université de l'Alberta, une experte en la matière.

Elle souligne que plusieurs régions du pays, de l'Atlantique jusqu'au Manitoba, sont touchées par la maladie de Lyme.

Mme Sperling ajoute qu'on en sait encore trop peu sur les types d'infections transmises par les tiques canadiennes.

« Quand on saura ce qu'il y a dans les tiques, on pourra trouver des solutions pour les Canadiens. »

Explosion du nombre de cas

L'an dernier, 70 cas ont été répertoriés dans la région de la capitale nationale par Santé publique Ottawa. C'est trois fois plus qu'en 2014.

L'Association québécoise de la maladie de Lyme cite la Montérégie et l'Estrie comme les zones les plus touchées au Québec.

La présidente de l'association, Marguerite Glazer, déplore surtout les failles dans le diagnostic et le traitement de la maladie.

« Un réel problème, un réel abandon et un réel déni de l'ampleur de ce problème d'infection. Le protocole actuel semble dire qu'après quatre semaines d'antibiotiques, une personne est soudainement guérie. Il n'y a aucune preuve scientifique qui a déterminé qu'après quatre semaines on n'est plus infecté », dit-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine