Retour

Compostage des restaurateurs à Sherbrooke : un bilan mitigé

Un projet pilote de la Ville de Sherbrooke a permis de détourner des centaines de kilos de matières compostables des centres d'enfouissement depuis deux ans, mais le bilan demeure mitigé, selon les principaux intéressés.

En 2015, la Ville de Sherbrooke souhaitait inciter des restaurateurs de la rue Wellington Nord à composter. Six bacs à compost ont donc été installés dans le stationnement de La Grenouillère, mais seulement une petite portion des restaurateurs ont participé activement et participent toujours malgré le fait que le projet se soit officiellement terminé en décembre dernier.

Des lacunes que la Ville espère maintenant corriger notamment grâce au Conseil régional de l'environnement de l'Estrie dans le cadre du projet Objectif - Zéro déchet, dont les résultats soulèvent plusieurs questions.

« Avec ce qu'on connaît des matières qui sont recyclées ou non, qui sont triées ou non, comment peut-on aider les commerçants, les entreprises à installer des procédures internes pour faciliter le tri, la récupération et le transport jusqu'au bac? » donne en exemple la conseillère municipale et présidente du comité de l'environnement de Sherbrooke, Christine Ouellet.

Rappelons que Québec prévoit le bannissement des matières putrescibles dans les sites d'enfouissements d'ici 2020. Des commerçants ont donc décidé de ne pas attendre avant d'agir. L'hôtel Delta fait du compost, tout comme le Café Singing Goat, situé rue Alexandre, qui utilise son compost dans son jardin collectif.

« C'est sûr que lorsqu'il faut payer la Ville pour faire composter nos choses, ça devient un élément de plus à gérer dans le budget. C'est aussi nouveau dans la mentalité des restaurants de vouloir composter, parce que ça va vite dans une cuisine, fait toutefois remarquer la copropriétaire du Café Singing Goat, Catherine Migneault. Quand on peut tout jeter dans une même place, ça va mieux, mais c'est sûr que si on peut tous le faire et que ce serait accessible à moindre coût, je pense que les restaurateurs embarqueraient, parce que c'est une valeur qu'on porte de plus en plus à Sherbrooke. »

Lorsque questionnée à propos des coûts que pourrait représenter le ramassage du compost pour ces commerçants, la Ville de Sherbrooke a indiqué ne pas être en mesure de les établir pour le moment. Aucun inventaire n'a été fait sur le nombre de restaurateurs, de commerçants et d'industries qui compostent dans la municipalité.

Plus d'articles

Commentaires