Retour

Coup d'envoi de la troisième édition du Festival du cinéma du monde de Sherbrooke

La troisième édition du Festival du cinéma du monde de Sherbrooke lance son coup d'envoi, mardi soir, à la Maison du cinéma. C'est le film « La Tête haute », de la réalisatrice Emmanuelle Bercot, qui ouvrira le bal à ces cinq jours de festivités cinématographiques.

Du 5 au 10 avril, les cinéphiles pourront assister à des projections provenant des quatre coins du monde à travers le réseau de salles de la région. En plus de la Maison du cinéma, des courts et longs métrages seront diffusés au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke, à la salle Alfred-Desrochers du Cégep de Sherbrooke, au Théâtre Granada, au Parvis et à la salle du Tremplin.

Le documentariste chilien Patricio Henriquez présidera le jury. Bien que touché de l'honneur, il souligne que son rôle doit être pris avec une certaine légèreté. La finalité d'un tel festival, selon lui, n'est pas d'obtenir un prix, car les vainqueurs pourraient avoir été complètement différents selon la distribution du jury.

« C'est essentiellement subjectif, et ça ne peut pas être autrement parce qu'on analyse cela avec nos goûts et nos capacités. Chaque fois, ça dépend des gens qui composent le jury », souligne-t-il.

Deux prix seront décernés pour conclure ce festival, soit le Cercle d'Or du meilleur documentaire et le Cercle d'Or du meilleur long métrage de fiction.

Comment profiter au maximum de ce festival?

Nicole Deschênes, cinéphile et bénévole du Festival du cinéma, estime que les films d'ouverture et de fermeture sont des incontournables dans de tels évènements.

Elle souligne également l'engagement du Service d'aide aux Néo-Canadiens, qui organise un brunch en marge du film « Fatima », à la salle du Parvis. « Je pense que ça peut être une aventure très intéressante. »

Une belle brochette de films allemands est aussi proposée au cours de ce festival, selon elle, et il vaudrait la peine de jeter un coup d'œil à cette sélection.

« Et moi, c'est sûr que je vais aller voir les films mexicains », affirme-t-elle.

La bénévole a vu une dizaine de films, l'année dernière, et les choix ont parfois été difficiles lorsque certaines projections intéressantes se chevauchaient.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine