Retour

Course à la direction du PQ : économie et indépendance alimentent les discussions à Sherbrooke

Des candidats à la direction du Parti québécois ont présenté leur vision d'avenir du Québec à des militants et sympathisants, samedi, lors d'un rassemblement à Sherbrooke. Il a été question d'économie, du projet d'indépendance, mais aussi d'un sondage où Alexandre Cloutier consoliderait son avance et Jean-François Lisée grimperait dans les intentions de vote.

Placé deuxième dans les intentions de vote des sympathisants, selon un sondage Le Devoir et Le Journal de Montréal, Jean-François Lisée estime que son message commence à être entendu.

« Prendre 10 points de pourcentage en quelques semaines, c'est parce que ma position est très claire dans le fait qu'on ne veut pas de référendum dans un premier mandat. Les Québécois n'en veulent pas, il faut les écouter. Je pense que les électeurs péquistes, aussi, n'en veulent pas. Je pense que c'est apprécié, cette écoute-là », a-t-il souligné.

Premier dans la course, Alexandre Cloutier se présente comme le plus rassembleur des candidats. « Je me réjouis parce que les propositions que j'ai faites, très pragmatiques, très terre à terre, pour l'économie, pour les familles, pour l'éducation, bien l'ensemble des Québécois semble s'y reconnaître », a-t-il dit.

Pas d'inquiétude pour Véronique Hivon, qui glisserait en troisième position, avec 14 % des appuis. « On est en début de course, je ne m'arrête pas à ça, la course n'est même pas officiellement déclenchée. Il y a beaucoup de travail sur le terrain, ça va très bien », a affirmé Mme Hivon.

Questions

Les membres et des sympathisants se sont notamment intéressés à la question de l'économie, surtout dans le contexte d'un éventuel Québec indépendant.

« Comment allons-nous démontrer aux Québécois qu'un Québec indépendant va réellement avoir plus de revenus et que ça va augmenter le niveau économique? Ce n'est pas le cas actuellement », mentionnait l'un des participants à la rencontre.

Rappelons que les membres du Parti québécois se prononceront le 7 octobre afin de choisir leur chef.

Plus d'articles

Commentaires