Retour

Créé au Canada : Candock de Magog veut devenir le leader mondial du quai flottant. 

Au fil des ans, la compagnie estrienne Candock a su développer une multitude d'utilités pour ses quais flottants. Simplement accoster les bateaux ne leur suffit pas.

« Candock a été fondée en 1997 par mon père et ma mère à la maison », raconte en riant son président-directeur général, Alexandre Lamoureux.

« Ça a parti dans le sous-sol avec un fax et un téléphone et le désir d'être maître à bord de sa propre entreprise. Mon père nous a intéressés assez jeune à l'entreprise familiale, on l'aidait la fin de semaine à aller assembler des quais », se remémore-t-il.

Dix ans plus tard, avec un bon plan de relève en main, le paternel vend la compagnie à son fils Alexandre. Son frère Olivier deviendra actionnaire quelques années plus tard.

« Lui, il s'occupe de tout ce qui est expédition et réception, et moi, je m'occupe des vente et du développement à l'international », explique-t-il.

« J'ai mon équipe de shipping en arrière, ajoute Olivier. On prépare les commandes quelques jours d'avance. [Quand] on a un conteneur qui s'en va pour l'Afrique, tu dois bien contrôler les commandes parce qui si on oublie une pièce, l’Afrique ce n'est pas à côté! »

À l'international

La réputation de l'entreprise n'est plus à faire. Certifiée écoresponsable depuis deux ans, Candock exporte 60 % de sa production grâce à un réseau de 80 distributeurs à l'échelle de la planète.

Le chiffre d'affaires de la compagnie a bondi de 40 % depuis cinq ans. Une croissance qui semble loin de vouloir s’arrêter.

Il y a un an, une vidéo tournée à Bali pour le compte du magazine Stab a eu un effet inespéré pour les propriétaires de Candock. Puis, l'entreprise a réalisé un autre ambitieux projet, cette fois au Cambodge.

« Quand ils nous ont contactés, on a immédiatement dit oui. Ça adonnait qu'on avait du matériel déjà disponible en Indonésie », raconte Alexandre.

Dix mille cubes ont été ancrés et embriqués en 10 jours afin de créer un quai flottant pour piétons. L'installation est temporaire, le temps de procéder à la réfection d'un pont de pierre qui donne accès au temple principal d'Angkor Wat, lieu célèbre qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Vingt-mille touristes par jour y mettent les pieds.

Un ajout de plus à un parcours déjà bien rempli. Leur but ultime? Devenir rien de moins qu'un leader mondial dans l'industrie, sous l'oeil encore bien présent de leur père.

Avec les informations de Brigitte Marcoux

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité