Retour

Cultiver ses légumes au lieu d'acheter... et économiser!

Devant la hausse du prix des fruits et légumes, de plus en plus de Québécois ont choisi de cultiver leur propre potager. Et le phénomène se fait également sentir en Estrie.

La Ferme biologique Marjolaine le confirme : les plants de fleurs compétitionnent désormais avec les semences de fruits et légumes. La propriétaire, Marjolaine Anctil, note d'ailleurs une croissance importante dans la vente de plants de toutes sortes.

Les parents, notamment, veulent enseigner aux jeunes les étapes menant jusqu'à la récolte. « Les pères se sont donné une mission éducative de démarrer le jardin », remarque Mme Anctil, sans compter l'intérêt grandissant pour les conserves.

En mode collectif

Une autre tendance permet d'économiser des sous, celles des jardins collectifs et communautaires. Sur le territoire sherbrookois, ils se font de plus en plus présents, notamment au Cégep de Sherbrooke, à l'Université de Sherbrooke et dans de nombreux arrondissements.

Les Jardiniers solidaires sont un autre exemple. Installés au parc Édouard-Boudreau, sur la 10e avenue Sud, ils plantent leur propre semis et des bénévoles entretiennent le potager au bénéfice des gens dans le besoin.

Pour Fatima Alvarado, des Jardiniers solidaires de Sherbrooke, les bénéfices sont nombreux.

« Les gens s'alimentent bien en plus de s'impliquer et mieux se connaître », estime Fatima Alvarado, membre des Jardiniers solidaires de Sherbrooke.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine