Retour

Défectuosité technique : une famille de Bromont poursuit GM

Les parents d'un jeune homme de Bromont et d'une jeune femme de Vaudreuil ont décidé de poursuivre le fabricant automobile GM. Ils estiment que la mort des deux jeunes survenue à la suite d'un accident de la route le 27 août 2010 est liée à une défectuosité du véhicule, une Chevrolet Cobalt, connue du fabricant depuis 2001.

Un texte de Geneviève Proulx

Mélissa Tanguay-Thériault était au volant quand elle a perdu le contrôle de sa voiture, dans la municipalité de Les Cèdres, sans raison apparente pour ensuite heurter un autre véhicule. Les coussins gonflables ne se sont pas déployés et la jeune femme est morte sur le coup.Son passager, Sébastien Bernatchez, a été grièvement blessé et est décédé quelques jours plus tard.

GM a reconnu dans d'autres cas que le commutateur d'allumage sur certains modèles de véhicule faisait défaut. Cette pièce pouvait se mettre en mode « accessoire » par elle-même ce qui fait en sorte qu'à peu près tous les systèmes électriques s'éteignent comme les coussins gonflables, la direction assistée ou les freins assistés . « Ma fille s'attachait toujours. C'était ancré en elle. On ne comprenait pas pourquoi elle n'était pas attachée ce soir-là », a raconté la mère de Mélissa Tanguay-Thériault, Lise Tanguay. C'est ce qui pourrait expliquer, selon les parents, pourquoi il n'y avait pas de trace de freinage sur les lieux de l'accident.

GM a déjà accepté de dédommager certaines victimes, mais pas les parents du couple. La mère du jeune homme, Muriel Transon, est maintenant convaincue que c'est GM le responsable de la mort des deux jeunes. « Si les coussins gonflables ne se sont pas déployés c'est que, quelque part, il y a quelque chose », dit-elle.

Poursuite déposée

Une poursuite contre GM a été déposée. Ils mettent le fabricant en demeure de les indemniser, mais ce dernier refuse de le faire. Selon l'avocate des poursuivants, Me Leilani Piette, la multinationale ne reconnaît pas le lien entre la défectuosité du commutateur d'allumage et l'accident. « Les circonstances de l'accident sont pourtant similaires à celui de Danny Dubuc-Marquis. Il n'y avait pas de traces de freinage dans les deux cas, les coussins ne se sont pas déployés et les deux conduisaient une Dodge Colbalt des mêmes années. On ne reconnaît pas le motif de ne pas indemniser nos clients », explique-t-elle.  

En avril dernier, la famille de Danny Dubuc-Marquis, un jeune de Roxton Pond qui est mort en juin 2013 au volant d'un véhicule de General Motors, a reçu une indemnisation du constructeur automobile américain. Elle fait partie des familles d'environ 90 personnes décédées lors d'accidents attribuables à des commutateurs d'allumage défectueux dans des véhicules de la compagnie GM, qui vont recevoir une indemnité.

Cas similaire

Danny Dubuc-Marquis est mort près de Roxton Pond, en Montérégie, après avoir perdu le contrôle de sa Cobalt 2007. Le rapport du coroner mentionnait que le véhicule présentait « la défectuosité de l'interrupteur d'allumage » faisant l'objet d'un rappel de GM. La défectuosité peut faire bouger la clé de contact, provoquer l'arrêt du véhicule et empêcher les sacs gonflables de se déployer.

C'est en écoutant l'émission Enquête qui a fait un grand reportage sur l'histoire de l'accident de Danny Dubuc-Marquis que les familles de Mélissa Tanguay-Thériault et de Sébastien Bernatchez ont compris ce qui aurait bien pu se passer dans la soirée du 27 août 2010. 

Plus d'articles

Commentaires