Retour

Des aînés forcés de dormir dans des salles communes

Les hôpitaux de la région débordent. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie-CHUS parle d'une « demande des services sans précédent ».

Le taux d'occupation sur les civières des urgences est très élevé et perdure depuis plusieurs semaines.

Une situation qui oblige à rendre disponible 75 lits supplémentaires, répartis dans 12 CHSLD et 2 ressources non institutionnelle du territoire, pour y accueillir les personnes qui étaient en attente d'une place en hébergement.

À cela s'ajoute 63 lits supplémentaire de courte durée qui sont actuellement ouverts dans les hôpitaux.

Des salles communautaires ont aussi été converties temporairement en chambre, ce que dénonce la section locale de la Fédération interprofessionnel de la santé du Québec.

« Il n'y a pas de salle de bain, il y a des chaises bassine et des rideaux à peine tirés. On a dit à nos membre de se plaindre à leurs gestionnaires et leur dire que ça n'a pas de bon sens, que la qualité des soins est en train d'écope », s'insurge la présidente syndicale, Sophie Thériault.

« Les gestionnaires ne savent plus quoi faire pour que quelqu'un les entende », ajoute Mme Thériault.

« On conçoit que l'on devra développer des places supplémentaires en CHSLD », admet Carol Filion, directeur génréal adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation au CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

« On devra aussi développer des façons différentes de faire la réadaptation des personnes. Il y a un plan de développement des services de soutien à domicile qui est aussi en place », tempère M. Filion

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine