Retour

Des citoyens réclament des changements pour améliorer la circulation dans le secteur Saint-Élie

Des changements à la signalisation routière sont demandés par des citoyens du secteur Saint-Élie de Sherbrooke. Matin après matin, les automobilistes qui se trouvent sur la rue Saint-Jacques doivent attendre de nombreuses minutes avant d'être en mesure de s'engager sur la route 220 que ce soit en direction du Carrefour de l'Estrie ou vers le village de Saint-Élie.

La rue Saint-Jacques est la seule issue disponible pour sortir de ce quartier qui comprend une centaine de maisons.

Les problèmes de congestion sont à leur apogée entre 7 h 30 et 8 h 10. Pour aller plus vite, certains automobilistes ont des comportements dangereux en dépassant par la voie d'accotement par exemple. D'autres coupent dans la cour d'un dépanneur. Le propriétaire de l'endroit, excédé, a installé des cônes orange pour empêcher les gens de le faire.

Comme cette route relève du ministère des Transports, la Ville de Sherbrooke n'a que très peu de moyens pour améliorer la situation. Le seul espoir des résidents de l'endroit est placé entre les mains de la députée de Richmond, Karine Vallières.

« En effet, sur la qualité de vie, c'est majeur comme incidence. J'étais déjà en contact avec le ministère des Transports à ce sujet. J'offre mon appui à la population à ce sujet qui est une situation inadmissible. Nous sommes à la recherche de solutions. On s'est aussi assis avec la Ville de Sherbrooke parce qu'il y a des rues adjacentes qui posent également problème. Une partie de la solution réside dans le boul. René-Lévesque qui est présentement en construction. »

Selon le site internet de la Ville de Sherbrooke, le tronçon présentement en construction du boul. René-Lévesque sera mis en service en novembre prochain.

Mme Vallières indique qu'une étude d'achalandage de la circulation est en cours dans le secteur. « On veut vérifier d'où ils viennent, quelle est leur trajectoire pour étudier les diverses possibilités. Ça reste assez restreint pour l'instant. Un élargissement, je ne pense pas que ce soit disponible tout de suite. Un carrefour giratoire, l'endroit ne s'y prête pas. La route 220 comme telle est problématique. Il faut regarder le problème dans son ensemble et non seulement sur ce quartier. »

« C'est l'enfer! Il faut faire sa prière chaque fois. On n'a aucune chance. C'est la même chose le soir. Il faut prendre son mal en patience. Ça prendrait une lumière synchronisée avec l'autre lumière », dit l'un des automobilistes rencontrés par Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine