Retour

Des cours de concentration ouverts à tous pour motiver les jeunes

Certains élèves de l'école publique sont-ils laissés pour compte au Québec? Depuis septembre dernier, l'école secondaire La Ruche a décidé d'éliminer les barrières en proposant des programmes de concentration ouverts à tous. Un nouveau modèle éducatif qui commence à faire ses preuves.

Les cours de concentration comme le basket-ball, le hockey, la production vidéo, les arts plastiques étaient réservés aux élèves qui avaient les meilleures notes. Les prérequis sont désormais abolis depuis plus d'un an. Les 500 jeunes sont de 1re et 2e secondaire, donc intégrés dans des classes selon leur intérêt.

Les 13 concentrations et six programmes sont accessibles à tous les élèves. Les enseignants voient déjà un impact positif.

« Nos classes sont plus attentives, nos élèves travaillent beaucoup mieux. Tout le monde est gagnant », assure Manuel Cournoyer, enseignant de français à La Ruche depuis 14 ans.

Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie dénonçait vendredi ce qu'il appelle « l'école à trois vitesses ». C'est que les deux tiers des élèves québécois fréquentent soit l'école privée, soit des programmes à vocation particulière. Le reste des élèves suivent le programme standard, devenu moins stimulant, selon le syndicat.

Un sentiment d'appartenance 

Pour un autre enseignant, l'ouverture des programmes de concentration permet aux jeunes d'avoir une attitude plus positive en classe.

« Pour avoir vu les deux modèles, l'impact, je le vois. Les jeunes ne sont pas pareils en classe. Quand tu as quelque chose à t'accrocher, une passion, une motivation, quelque chose dans lequel tu es bon et que tu fais à tous les jours, tu développes un sentiment d'appartenance », explique-t-il.

Pour le moment, il est difficile de quantifier les résultats de ce nouveau système à l'école secondaire La Ruche. Selon la direction et certains enseignants, les moyennes des élèves augmentent.

Plus d'articles