De plus en plus de touristes se rendent à Cuba, non pas à la recherche de soleil, mais bien de nouvelles dents.

Un texte de Brigitte Marcoux

Éric Leclerc, résident de Sherbrooke, fait partie de ceux qui ont décidé de franchir les frontières pour obtenir des soins à moindre coût.

Âgé de 50 ans, l'homme rêvait de se payer une nouvelle dentition depuis environ 7 ans.

« Ça faisait plusieurs années que je n'avais presque plus de dents. J'ai discuté avec mon dentiste au Québec de la possibilité de faire faire des dentiers et c'était beaucoup trop coûteux. On parlait d'environ 2200 $, ce qui fait en sorte que j'aurais été obligé d'emprunter pour réaliser mon projet. »

C'est en naviguant sur Internet qu'il a déniché des détails qui l'ont poussé, deux mois plus tard, à se rendre à Cuba.

« J'ai vu passer des informations sur le sujet sur un site de voyages qui mentionnait la qualité des soins ainsi que les prix ridicules. Ma conjointe et moi avons décidé de courir le risque », explique M. Leclerc. Ce dernier a donc réservé un voyage dans un complexe hôtelier tout inclus à Cuba situé à quelques pas d'un cabinet de dentiste.

Éric Leclerc dit avoir été agréablement surpris par la propreté des lieux et les outils à la fine pointe de la technologie. « Tout avait l'air neuf, ça ressemblait beaucoup à ce qu'on voit ici au Québec chez les dentistes. »

Éric Leclerc s'est tout de suite senti à l'aise en pénétrant dans la salle d'attente.  

« Je dirais que 75 % des gens parlaient en français. On voyait passer un Cubain de temps en temps, mais c'était surtout des Québécois », note-t-il. Et selon les discussions qu'il a eues, plusieurs n'en étaient pas à leur premier voyage dans la République. 

Le faible coût des procédures n'est pas étranger à la popularité du tourisme dentaire. Dans le cas de M. Leclerc, le dentiste a fixé le prix à 325 pesos cubains, soit environ 400 dollars canadiens. Au total, son voyage et ses frais de dentiste se sont traduits par une facture de 1800 $.

Même si peu d'analyses ont été faites pour évaluer le nombre de Canadiens qui traversent la frontière pour obtenir des soins médicaux, l'organisme Patients Beyond Borders estime qu'en 2015, entre 150 000 et 200 000 Canadiens ont eu recours à des services de santé à l'étranger, qu'ils soient dentaires ou médicaux.

Chose certaine, Éric Leclerc, lui, retournerait à Cuba pour recevoir des soins sans hésiter.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine