Retour

Des enfants de Tchernobyl se refont une santé au Québec

Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, de nombreux enfants du Bélarus viennent passer leurs vacances estivales au Québec dans le but de se refaire une santé.

C'est grâce au programme Séjour santé enfants Tchernobyl que des familles du Québec accueillent ces jeunes qui ont vécu les conséquences de l'explosion, et ce, depuis 2001.

Au fil des ans, une centaine de familles québécoises ont reçu des enfants de cette région de l'ex-URSS. C'est le cas de Diane Pouliot de Sherbrooke, qui, pendant plusieurs étés, a hébergé deux jumelles.

« On les a accueillies pour la première fois en 2007. Elles n'avaient que 8 ans. Leur séjour chez nous avait pour but de se reconstruire une santé et d'éliminer une partie des éléments radioactifs qu'elles ont dans leur organisme. Je me suis fait un beau cadeau en les accueillant », dit-elle. 

En plus de faire vivre les activités quotidiennes de la famille, on s'assure que les repas des enfants sont remplis de fruits et de légumes frais ainsi que de produits laitiers.

Encore aujourd'hui, les deux familles échangent régulièrement par Internet ou au téléphone. « Les filles vont bien. Elles sont fatiguées parce qu'elles travaillent beaucoup, car elles se préparent à passer leur examen d'entrée à l'université. »

Cet été, 11 enfants séjourneront dans des familles québécoises et l'organisme est toujours à la recherche de gens qui voudraient en accueillir. Il en coûte environ 1900 $ aux familles pour le faire. Ce montant représente les frais de transport des enfants jusqu'au Québec, ainsi que les frais de transport des accompagnateurs répartis entre les familles d'accueil.

Impacts plus que positifs

Depuis l'automne, la directrice de Séjour santé enfants Tchernobyl, Joanne Rivest, en collaboration avec un traducteur russe, a retrouvé une trentaine d'enfants qui sont venus au Québec grâce à ce programme.

« Nous voulions recueillir leur témoignage. Ce qu'on a remarqué, c'est que plusieurs ont fait des études dans le milieu des langues. Les séjours ont eu une influence directe sur leurs études. Ils nous ont aussi tous dit qu'il y avait eu un impact sur leur santé, sur leur système immunitaire. À court et moyen terme, ils sont mieux armés pour affronter les maladies, les virus. À long terme, on n'est pas encore en mesure de le mesurer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine