Retour

Des Estriens d’origine prêts pour le passage d’Irma en Floride

« Une fois que tu passes à travers un ouragan, tu n'oublies jamais ». Linda Schaps vit en Floride depuis 31 ans. Elle a connu, entre autres, Charlie et Wilma, et sait ce qu'est se retrouver dans l'œil d'un ouragan.

Un texte de Christine Bureau

« Tu vois le ciel bleu. Il n’y a aucun vent et le ciel est complètement bleu et dépendamment de la grosseur de l’œil, ça dure à peu près deux heures, résume-t-elle. C’est vraiment bizarre! »

Au moment de raconter cette histoire, Linda Schaps se trouve sur le balcon du condo où elle s’est réfugiée, au 4ème étage. Il est 9 h, dimanche, et l’œil de l’ouragan Irma est attendu vers 14 h à Naples, où elle se trouve sur la côte ouest.

La Magogoise d’origine a fui sa maison samedi après avoir appris que neuf pieds d’eau pourraient s’y accumuler. « À 9 pieds d’eau, la maison peut partir. »

Irma déviée

Difficile de prévoir la trajectoire d’un ouragan. Samedi matin encore, les experts prédisaient qu’Irma, de catégorie 4, allait surtout frapper la côte est. Finalement, c’est à l’ouest que ses vents de plus de 200 kilomètres à l’heure fouetteront la côte.

« L’ouragan peut bouger un peu. Et si ça bouge un peu, sa track peut être complètement différente », atteste-t-elle.

Originaire de Stanstead, Dany Flanders vit en Floride depuis maintenant 26 ans. L’agent immobilier sait lui aussi que les météorologistes peuvent se tromper.

« C’est pour ça qu’il faut toujours être prêt. Ils ne peuvent pas vraiment prédire où est-ce que ça s’en va à moins d’être vraiment près et qu’il n’y ait pas d’autre place où elle peut vraiment aller », soutient-il.

Lui-même a décidé de rester chez lui, à Fort Lauderdale sur la côte est, avant de savoir qu’Irma allait légèrement dévier de la trajectoire prévue.

Bien préparés

Après le passage d’Andrew, le dernier ouragan de catégorie 5 à avoir frappé la Floride en 1992, il s’est acheté des fenêtres anti-ouragan. Il a aussi fait des réserves d’eau et de nourriture pour quelques jours.

« On est bien pour au moins trois ou quatre jours. On a la génératrice qui est prête pour peut-être partir à la fin de la journée si l’électricité ne revient pas aujourd’hui. On est corrects nous autres, on écoute la radio et les nouvelles à travers notre cellulaire », explique-t-il.

Quand elle est coupée, l’électricité peut prendre longtemps avant de revenir. Linda Schaps en sait quelque chose. « Après Wilma, on n’avait pas eu d’électricité pendant deux semaines », se souvient-elle. Mieux vaut être prêts à toute éventualité.

Plus d'articles

Commentaires