Retour

Des ex-employés de Viandes Laroche rencontrent le ministre de l'Agriculture

Une quinzaine d'anciens employés de l'abattoir Laroche d'Asbestos se sont rendus à Québec, mercredi, pour y rencontrer le ministre de l'Agriculture. Ils en ont profité pour remettre à Pierre Paradis une pétition signée par 7000 personnes.

Les anciens travailleurs réclament un assouplissement dans l'octroi de subventions par le fonds de diversification de la MRC des Sources. Le ministre Pierre Paradis dit avoir bien reçu le message des anciens travailleurs, mais reconnais du même souffle que la complexité du dossier. « Moi je suis un éternel optimiste, mais la situation est complexe. Le prix du boeuf est élevé présentement et les acheteurs américains sont très actifs sur le marché québécois. La baisse de la devise canadienne fait en sorte que ça complexifie les éléments. Dans le passé le gouvernement a fait des efforts maximums, c'est tout près de quatre millions qu'on a investis au cours des dernières années » , a-t-il rappelé.

Toujours selon Pierre Paradis, Québec serait prêt à investir à nouveau, mais avec un promoteur « gagnant ».

« Il faut qu'il fasse bouger les affaires pour nous aider un peu. C'est le dernier abattoir au Québec dans le bovin », rappelle Dominic Maheu, un ex-employé de l'entreprise. Il accueille tout de même avec un certain optimisme la possibilité que Canards du Lac Brome fasse revivre l'abattoir d'Asbestos.

« C'est sûr que ça nous donne de l'espoir. On a tous besoin de travailler. Asbestos, c'est un petit village. On a besoin de se tenir. C'est une bonne nouvelle pareil. Au moins on va repartir l'usine », indique-t-il.

Les employés prendront le départ vers Québec à 10 h 45 et rencontreront le ministre Paradis à 13 h 30.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine