Retour

Des fonctionnaires annulent un spectacle de rap à Sherbrooke

Quelques semaines avant qu'une murale soit modifiée parce qu'elle était jugée trop osée par des fonctionnaires de Sherbrooke, un spectacle a également été annulé par ces derniers.

Les rappeurs Rymz & Mike Shabb devaient se produire samedi à la salle Bernard-Bonneau du Centre communautaire et culturel de l'arrondissement Jacques-Cartier sur le boulevard de Portland. L'amphithéâtre se trouve toutefois à l'école secondaire Montcalm, ce qui a amené le Service de police de Sherbrooke (SPS) à émettre un rapport mettant en doute la pertinence de l'événement dans un tel endroit. Un fonctionnaire a ainsi résilié unilatéralement le contrat liant la Municipalité à BLK Management, promoteur du spectacle, en août dernier.

« On craignait la présence de mineurs à ce spectacle, explique le président du comité exécutif de la Ville de Sherbrooke, Serge Paquin, qui a appris le tout mardi. C'est un spectacle avec permis d'alcool, ce qui a amené le fonctionnaire à conclure qu'on devrait peut-être annuler la réservation alors qu'elle était faite tout à fait légalement. »

Pour une deuxième fois, le conseiller municipal déplore qu'une telle décision ait été prise sans obtenir l'aval des élus.

« Si on doit se poser la question sur la pertinence d'un spectacle, vaut mieux se les poser avant. Une fois qu'on a signé un contrat, il faut le respecter. Malheureusement, ce n'est pas ce qui a été fait. Une mauvaise décision administrative a été prise », mentionne Serge Paquin, qui affirme également que la Ville discute avec le producteur pour un réglement à l'amiable.

Du profilage?

Dans une longue publication sur Facebook expliquant le report de l'événement, BLK Management parle de profilage effectué par le SPS. Dans le rapport qui lui a été transmis par erreur par le fonctionnaire de la Ville, le patron de BLK Management, Steve Black, relève notamment les liens effectués par le SPS envers ses deux artistes.

« Le rapport mentionne que Rymz fréquente et collabore musicalement avec Souldia, qui est dépeint dans le rapport comme étant une personne ayant eu des démêlés avec la justice. Le rapport parle également du chanteur Mike Shabb, qu'on décrit comme un individu qui aurait de la rancœur envers les autorités sherbrookoises. On souligne même dans le rapport que Mike Shabb aurait des propos injurieux et de mauvais goût dans ses chansons en utilisant des mots tels que : fuck, lick, bitch, dick », s'offusque M. Black.

Le SPS aurait convenu que la clientèle liée à ce type de spectacle comportait « de hauts risques de débordements », ce que ne craint pas le Théâtre Granada où le spectacle devrait être déplacé le 12 janvier 2018.

« Ça brasse peut-être un peu plus, mais pas tant, mentionne Suzanne-Marie Landry, directrice générale et artistique du Théâtre Granada. Ce n'est pas aussi pire que les gens peuvent s'imaginer. Les jeunes s'amusent, ils ont du fun, mais si on regarde les spectacles de Plume Latraverse, ça pouvait brasser aussi. Il y a toujours eu plein d'artistes qui ont créé un peu plus de controverse. »

Aucune entente n'a encore été signée avec le Théâtre Granada, mais si le producteur respecte toute les clauses, l'institution n'aura aucun problème à tenir l'événement.

« Le hip-hop, le rap, même le blues à la limite; il y a plein de de types de musique qui peuvent être un peu irrévérencieux ou un peu vulgaires. On n'a pas de droits de regard là-dessus, c'est la libre expression donc on laisse les artistes s'exprimer comme ils veulent », résume Mme Landry.

Steve Black n'a pas rappelé Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine