Retour

Des organismes communautaires réclament plus de financement du CIUSSS de l'Estrie

Une trentaine d'organismes communautaires à vocation régionale de l'Estrie réclament davantage de financement du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Ceux-ci se disent incapables de répondre à la demande accrue des services engendrée par la fusion des établissements de santé en 2015.

« Il y a 200 000 de population de plus qui s’est ajoutée, on a des organismes [...] qui sont reconnus pour couvrir l’ensemble du territoire qu'était anciennement l’Estrie et ils devraient couvrir normalement Pommeraie et Haute-Yamaska aussi, mais il n’y a aucun financement qui vient », explique la directrice du Regroupement des organismes communautaires (ROC) de l’Estrie, Claudelle Cyr.

Après la création des Centres intégrés de santé et de services sociaux, il y a trois ans, des organismes régionaux qui avaient l’obligation de desservir notamment les besoins des CSSS de La Pommeraie, à Cowansville, et de la Haute-Yamaska, à Granby, ont vu leur territoire d’appartenance changer ; ils ont donc choisi d’y fermer leurs points de service.

« Les gens de Pommeraie-Haute-Yamaska se retrouvent dans une espèce de no man’s land sans service, parce que ceux de la Montérégie disent que ce n’est plus leur responsabilité et ceux de l’Estrie disent qu’ils ne sont pas capables financièrement [de les desservir] », déplore Claudelle Cyr.

Cette dernière était accompagnée de la directrice de Naissance-Renaissance Estrie, Annick Wishnowsky, mercredi, pour demander au conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie-CHUS de s'attarder à la situation.

« Régulièrement, on a des gens de la Haute-Yamaska et de la Pommeraie qui nous appellent pour recevoir des services, parce que dans les ressources communautaires, c’est rendu nous la référence, mais c’est à une bonne distance », affirme Annick Wishnowsky.

« Si on veut établir un milieu de vie, offrir des services de prévention, il nous faut un point de service. C’est tout ça qu’il faut repenser pour que la population soit servie comme elle l’est à Sherbrooke », ajoute-t-elle.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS assure reconnaître la problématique à laquelle sont confrontés non seulement les organismes, mais aussi la population de la Pommeraie et de la Haute-Yamaska, qui est en droit de recevoir des services. Une rencontre est prévue avec le ministère de la Santé le 17 avril prochain. Aucun montant n'a été avancé pour le moment.

« On a deux objectifs : le premier, c’est de faire un portrait de la situation, de recenser tous les trous de service et le nombre d’organismes visés. Après, c’est de se mettre en mode solution pour trouver des alternatives », résume Charles Lamontagne, conseiller-cadre à la direction générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine