Retour

Des organismes de l'Estrie paralysés par une cyberattaque

La Commission scolaire des Appalaches (CSA) et la Rose des vents de l'Estrie, un organisme offrant du soutien aux gens atteints de cancer, ont été attaqués par un programme de terrorisme informatique. Depuis l'attaque, tous les dossiers de leurs ordinateurs ont été cryptés, rendant l'information impossible à lire. Les pirates informatiques exigent une rançon de plusieurs milliers de dollars en échange d'une clé de décryptage.

Un texte de Geneviève Proulx

À la Rose des vents, ce sont 12 000 dossiers qui ont été cryptés. « Le programme qui s'appelle Zepto est envoyé dans le nuage. Ce n'est pas ciblé à la Rose des vents. Ça peut arriver à n'importe qui. Ce n'est pas une personne assise devant son ordinateur », soutient la directrice générale de l'organisme, Anne-Marie Poirier.

Du côté de la CSA, le réseau informatique a été attaqué samedi.

« La Commission ne nous a rien caché et nous a avisés qu'elle avait été piratée et qu'elle n'avait plus accès à aucune donnée. Une rançon de 20 000 $ a été demandée, sinon, dans sept jours, ils perdraient toutes les données. On sait que la Sûreté du Québec fait une enquête », explique le président du Syndicat de l'enseignement de l'amiante, Francis Jacob. 

Entre autres problèmes, les enseignants n'ont plus accès à leur tableau interactif ou à leur iPad.

Paye menacée?

Mais c'est surtout la possibilité que les employés de la CSA ne reçoivent pas leur salaire qui en inquiète plusieurs. « Des enseignants commencent à appeler au Syndicat pour savoir s'ils seront payés le 15 septembre. C'est à ce moment que devaient être déposés les montants forfaitaires et les réajustements salariaux de la dernière convention collective. La Commission scolaire nous a toutefois dit que rien, pour l'instant, ne pourrait nous faire prétendre que la paye ne serait pas déposée. On ne sait jamais. Ils ont jusqu'à vendredi pour trouver une solution », explique M. Jacob.

Le syndicat a demandé à la direction de la CSA si les données personnelles du personnel avaient été volées. « On n'a pas eu de réponse là-dessus », dit-il.

Le service de taxe scolaire serait également touché.

Des spécialistes en informatique analysent la situation. La Sûreté du Québec enquête également sur ce cas. 

Beaucoup de problèmes

Pour la Rose des vents, il n'était pas question de payer quelque rançon que ce soit. Dès que l'organisme a saisi être victime d'une cyberattaque du programme Zepto, la décision de fermer les systèmes informatiques a rapidement été prise, et ce avant même de recevoir une demande.

« On a décidé de tout couper, de tout arrêter, de faire un ménage énorme dans nos fichiers et de remettre en place le dernier backup. On a coupé tout », dit Mme Poirier.

Bien que les données des personnes qui sont suivies à la Rose des vents n'aient pas été touchées, la cyberattaque complique grandement la vie de l'organisme.

« Nous avons un technicien qui travaille là-dessus depuis plusieurs jours. Nous avons dû annuler l'assemblée générale de la Fondation Claude-Durocher qui aurait dû avoir lieu hier. On a perdu les documents, dont le rapport annuel que nous devons recommencer. Des logiciels ont aussi été attaqués. Nous avons donc dû acheter de nouveaux logiciels. C'est compliqué! »

Selon la directrice, le programme pourrait être rentré dans le système informatique par un banal courriel. « Nous croyons que c'était un courriel dans lequel c'était écrit que nos billets d'avion étaient arrivés. Si vous attendiez un billet d'avion et que vous avez 45, 50 courriels à vérifier en arrivant au bureau, tu l'ouvres et il est trop tard. »

Une plainte au service de police sera déposée jeudi. « Le virus, Zepto, viendrait de Chine, de Russie ou des Philippines. Ce n'est pas clair. Ça sera à peu près impossible de les retracer », croit Anne-Marie Poirier. 

Pour l'instant, il n'existe pas encore de pare-feu ou d'antivirus contre Zepto. 

Plus d'articles

Commentaires