Retour

Des outils pour prévenir les inondations développés à Sherbrooke

Des recherches effectuées à Sherbrooke pourraient contribuer dans un proche avenir à prévenir des inondations telles que celles qui ont dévasté une partie de l'ouest de la province le mois dernier.

Devant la nécessité de mieux anticiper et contrôler les phénomènes naturels aux impacts sociaux et environnementaux considérables, le département de génie civil de l’Université de Sherbrooke a lancé vendredi une chaire de recherche visant à améliorer la prévision hydrologique.

« On veut utiliser l'information satellitaire, explique Robert Leconte, qui pilotera la chaire de recherche. On a déjà des satellites en orbite qui amassent de l'information sur la surface de la terre. Notre travail, ça va être de traduire cette information en information utile pour la prévision hydrologique. Ça pourrait être, par exemple, de savoir la quantité d'eau qui se trouve dans le sol au moment où une averse est prévue pour savoir si la pluie va être absorbée ou non et connaître si les débits qui s'en viennent vont être importants. »

La nouvelle Chaire de recherche industrielle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) sur la valorisation des observations de la Terre en ressources hydriques bénéfieciera d'un budget de 2,1 millions de dollars sur cinq ans.

« M. Leconte développera, en collaboration avec un nombre impressionnant de partenaires du secteur privé, des technologies novatrices qui permettront d’évaluer et de gérer les ressources hydriques et de protéger l’environnement », explique Bert van den Berg, vice-président par intérim de la Direction des partenariats de recherche au CRSNG.

En plus du CRSNG, Hydro-Québec, Énergie Brookfield et la Ville de Sherbrooke collaboreront également au projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine