Retour

Des plantes et des poissons menacent de nombreux lacs de l'Estrie

Les lacs de la MRC de Memphrémagog sont menacés par plusieurs plantes aquatiques envahissantes comme la myriophylle à épi ou des espèces animales comme la carpe asiatique et le gobie à taches noires.

Un texte de Geneviève Proulx

Une première activité de sensibilisation pour prévenir la prolifération de ces plantes et l'importation de ces espèces a été offerte mercredi à Stanstead. Plus de 80 personnes ont participé à la conférence offerte par le Conseil québécois sur les espèces exotiques envahissantes.

« Dans certains lacs, il y a des endroits qui sont très problématiques. Ce sont autant de grands plans d'eau que de petits lacs. La première étape est de prévenir. On fait de la détection précoce. On demande aux gens de faire attention quand ils déplacent leur embarcation d'un lac à l'autre. C'est le moyen de propagation le plus efficace pour les plantes », rappelle la mairesse d'Austin, Lisette Maillé.

Ces espèces ne sont pas seulement importées par les bateaux. « Aussi épeurant ou étrange que ça puisse paraître, certaines des plantes et espèces animales que l'on retrouve dans nos lacs sont vendues dans les animaleries. On les utilise dans les aquariums malgré le fait que ce soit interdit », déplore Mme Maillé.

Dommages irréversibles

La mairesse s'inquiète grandement de l'impact que pourront avoir ces espèces sur les lacs estriens. « La carpe asiatique arrive des États-Unis. Elle remonte les Grands Lacs et on l'a vue dans le fleuve Saint-Laurent l'an dernier. Une fois introduites dans un lac, elles sont indélogeables et causent des dommages irréversibles. On ne sait pas comment on va arriver à les contrôler. On n'en voit pas la fin. On ne sait même pas si on va y arriver d'où l'importance qu'on fasse en sorte de ne pas les propager. »

Plusieurs actions ont été mises de l'avant pour éviter la prolifération. Une cinquantaine de pancartes rappelant les étapes simples pour éviter la contamination des lacs seront installées sur le territoire de la MRC au cours des prochaines semaines. Un dépliant explicatif sur les espèces exotiques envahissantes aquatiques sera également distribué dans les stations de lavage du territoire ainsi qu’auprès des associations de propriétaires riverains.

Pour Mme Maillé, il ne fait aucun doute que tout passe par un moyen simple. « Lavez vos bateaux! C'est sûr que dans un monde idéal, on devrait laver les bateaux à la sortie d'un plan d'eau. Comme la réglementation n'est pas la même à la grandeur de la province, on dit aux gens d'au moins les laver avant de les mettre à l'eau. Ça prend quelques minutes avec une laveuse à pression. On s'assure de regarder sous le bateau et la remorque qui va aussi dans l'eau. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards