Retour

Des prêts hypothécaires pour les propriétaires du Petit quartier à Sherbrooke? 

Les 73 futurs propriétaires du Petit quartier à Sherbrooke pourraient devenir les premiers à obtenir un prêt hypothécaire pour l'achat d'une minimaison. La Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie souhaite signer une entente avec des institutions financières prêtes à leur accorder une exception.

« Qui dit nouveau projet, effectivement, dit nouveaux défis entre autres au niveau financier », admet le directeur général de la Fédération, Guillaume Brien. D’ici un an, 73 maisons seront construites dans le Petit quartier.

Il s'agit de la première coopérative de minimaisons à voir le jour au pays. Au fil des mois, les instigateurs du projet ont eu à convaincre la Ville et le voisinage. C’est maintenant au tour des institutions financières.

« Notre optique, c'est que d'ici un an, chacun des membres de nos 73 maisons puisse emprunter un prêt hypothécaire résidentiel. […] On a des institutions financières, dont Desjardins, qui sont ouvertes et qui travaillent avec nous. On est sur le mode solution », explique-t-il.

Un prêt ou une marge

Pour l'instant, aucune institution financière n'offre un prêt hypothécaire résidentiel pour l'achat d'une minimaison. Les intéressés doivent contracter un prêt personnel ou une marge de crédit, dont les taux d'intérêt sont plus élevés.

« Dans le cas des minimaisons c'est relativement nouveau. Il y a très peu d'information qui existe actuellement, de statistiques à propos de la revente, de la croissance des prix. À propos du délai de vente », explique Denis Doucet, directeur de l'académie Multiprêts

Le directeur n’est pas prêt à dire que les institutions sont prêtes à changer leur fusil d’épaule.

« Ce n’est pas impossible que les institutions financières révisent leur position, mais pour le moment, compte tenu qu'il y a très, très peu de données sur ce sujet-là, c'est sûr qu'elles vont s'abstenir », maintient Denis Doucet.

Guillaume Brien, lui, croit que la coopération arrivera à une entente. « Dans l'histoire, on a vu par exemple les condos ou d'autres types d'habitation qui sortaient de l'ordinaire et ça a pris un temps à aller chercher la confiance des partenaires », soutient-il.

En attendant, l’engouement pour le Petit quartier, lui, est bien réel. Des 73 minimaisons, 60 sont déjà vendues et une douzaine de ménages se sont inscrits sur la liste d'attente pour l'achat d'une de ces minimaisons d'ici 3 ou 5 ans.

Avec les informations de Kim Vermette

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards